13-14 juin 2015

Automobile Club de l'Ouest

 

Accueil > La course > Catégories

Catégories

Quatre catégories de voitures s'affronteront lors de la 83e édition des 24 Heures du Mans les 13 et 14 juin prochains. Deux catégories de prototypes, LM P1 et LM P2, et deux classes de GT, LM GTE Pro et LM GTE Am.

12000 fans 12000 followers
Partagez cet article :
Chaque groupe a sa propre réglementation technique et son règlement sportif, même si certaines règles nouvelles sont communes, comme la durée minimale de 4 heures au volant par pilote pendant la course ou la prise en compte du poids de l'équipage afin que les pilotes les plus lourds ne soient pas pénalisés.
 

 

CATEGORIE LM P1
 

Entré en vigueur le 1er janvier 2014, le règlement de la catégorie LM P1, pour Le Mans Prototype 1, a pour ambition de rapprocher le sport automobile des voitures de série et place l'innovation au cœur du système en allouant une quantité d'énergie aux concurrents au lieu de leur imposer des spécifications techniques.

Ainsi, les solutions techniques utilisées par les quatre constructeurs présents en 2015 sont toutes différentes. Audi, victorieux des 24 Heures du Mans en 2014, a choisi le diesel comme carburant, contrairement à ses trois rivaux, et récupère l'énergie du freinage grâce à un volant d'inertie. Toyota, Champion du Monde d'Endurance des Constructeurs, fait confiance aux super-condensateurs pour emmagasiner l'énergie récupérée, tandis que Porsche, revenu dans la catégorie reine de l'endurance l'année dernière après 16 ans d'absence, a jeté son dévolu sur des batteries qui récupèrent à la fois l'énergie du freinage et l'énergie thermique. Enfin, Nissan, pour son grand retour dans la Sarthe en 2015, a décidé de prendre le contre-pied de tous ses adversaires avec une traction à moteur avant.

Qui dit concepts différents, dit équivalence entre toutes les technologies afin que les concurrents soient sur un pied d'égalité. Les valeurs ont été déterminées l'année dernière et figées jusqu'aux 24 Heures du Mans incluses.
Les écuries privées, qui n'ont pas forcément les moyens humains et financiers pour développer des systèmes de récupération d'énergie complexes, n'ont pas été oubliées par le nouveau règlement puisqu'elles peuvent aligner une voiture sans système de récupération d'énergie dans la même catégorie LM P1.
Si l'an dernier, la catégorie LM P1, qui comporte uniquement des voitures fermées, était scindée en deux groupes (LM P1-L et LM P1-H), cette année, une seule catégorie subsiste : LM P1. Pour la première fois depuis 2011, 14 voitures ont été sélectionnées dans cette catégorie.

Afin de limiter les coûts, le nombre de pneumatiques (sauf pneus pluie) alloués pour les 24 Heures du Mans est limité à 7 trains (deux pneus avant et deux pneus arrière) pour les essais libres et qualificatifs et le warm-up et à 12 trains pour la course, plus quatre pneus supplémentaires sur toute l'épreuve.
De même, le nombre de moteurs est limité à 5 pour tous les prototypes hybrides engagés en Championnat du Monde d'Endurance de la FIA (WEC) sur toute la saison (à 7 pour les nouveaux arrivants, comme Nissan) et à 2 (+1 joker) pour les 24 Heures du Mans pour les autres invités, c'est-à-dire pour les troisièmes voitures alignées par Audi, Porsche et Nissan.

Poids minimum (sans pilote et sans carburant à bord) :
 

  LM P1-L LM P1-H
POIDS MINIMUM

850 kg

870 kg

CYLINDREE MOTEUR ESSENCE

5 500 cm3 maxi

Libre

CYLINDREE MOTEUR DIESEL

5 500 cm3 maxi

Libre

 

CATEGORIE LM P2

Parent pauvre de l'endurance il y a quelques années, avec peu de concurrents franchissant la ligne d'arrivée et une place anecdotique dans les profondeurs du classement, la politique mise en place par l'ACO, avec un règlement figé pour plusieurs années, a rendu tout son lustre à la catégorie LM P2, qui attire les constructeurs au budget restreint et qui, avec 20 compétiteurs, constitue le plus gros contingent de la 83e édition des 24 Heures du Mans

Les "petits prototypes" permettent aux amateurs de se faire plaisir et aux jeunes pilotes de s'aguerrir avant de renforcer, pour les plus talentueux d'entre eux, les escouades de pilotes officiels. En effet, si la catégorie LM P1 constitue le domaine réservé des pilotes professionnels, la catégorie LM P2 fait la part belle aux amateurs puisque chaque équipage doit être composé au minimum d’un pilote amateur : la mixité entre cadors et gentlemen drivers a toujours participé à la légende des 24 Heures du Mans.

Les LM P2 présentent des caractéristiques proches des LM P1 (châssis monocoque carbone) tout en respectant des critères de coûts très stricts : prix des châssis neufs plafonné à 370 000 € pour les voitures ouvertes et à 450 000 € pour les voitures fermées ; prix des moteurs plafonné à 80 350 €. En 2015, quatre moteurs (Nissan, Honda, Judd, Sard) et de nombreux châssis (Alpine, BR, Gibson, HPD, Ligier, Morgan, Oreca, Dome) sont disponibles, permettant une infinité de combinaisons différentes !

Cette année, comme dans toutes les autres catégories, le nombre de pneumatiques (sauf pneus pluie) alloués pour la course est limité. Les écuries auront 7 trains (deux pneus avant et deux pneus arrière) pour les essais libres et qualificatifs et le warm-up et à 16 trains pour la course, plus quatre pneus supplémentaires sur toute l'épreuve.

Afin de limiter les coûts également, le nombre de moteurs utilisés est contingenté sur toute la saison. Ainsi, les concurrents du Championnat du Monde d'Endurance FIA WEC doivent se restreindre à 3 moteurs, tandis que leurs homologues de l'European Le Mans Series se contenteront de deux moteurs. Pour les autres protagonistes des 24 Heures du Mans, un seul moteur est toléré pour toute la durée de l'épreuve.
 

POIDS MINIMUM

900 kg

 

CONTENANCE DU RESERVOIR

75 litres

 

MOTEUR

Cylindrée maxi

Cylindrée maxi

Atmosphérique

8

5 000 cm3 maxi

Turbocompressé

6

3 200 cm3maxi



CATEGORIE LM GTE Pro

Aston Martin, Corvette, Ferrari et Porsche : quatre noms dont la simple évocation fait rêver et qui seront présents sur la grille de départ de la 83e édition des 24 Heures du Mans. Si la catégorie LM GTE Pro comprend neuf concurrents seulement, elle sera sans doute, comme toujours, l'une des plus disputées tant les forces sont resserrées.

Les voitures de Grand Tourisme font partie de la tradition des 24 Heures du Mans depuis la création de l'épreuve en 1923 car à cette époque, les autos n'étaient pas spécialement conçues pour le sport automobile et nombre d'entre elles arrivaient dans la Sarthe par la route ! Si les temps ont changé, le lien entre la piste et la route demeure bien réel puisque les GT doivent être basées sur des voitures de série.

En effet, pour être homologuée, une GTE (E pour Endurance) doit être issue d’une voiture de route fabriquée à 100 exemplaires au minimum (25 pour un constructeur dont la production est inférieure à 2 000 unités par an). La version "course" conserve les formes du modèle routier et le moteur doit conserver son emplacement, son orientation et sa position d'origine, sauf rares exceptions prévues par le règlement, qui sera caduc à la fin de l'année 2015.

Comme pour les prototypes, le nombre de trains de pneumatiques hors pluie est réglementé : huit trains sont alloués pour les essais et le warm-up et 16 trains pour la course, plus quatre pneus supplémentaires sur toute l'épreuve. De même, pour la totalité de l'événement, les concurrents ne pourront utiliser que deux moteurs, sachant que l'utilisation des moteurs est libre lors de la Journée Test.

Le suffixe "Pro" qui désigne cette catégorie la réserve plus spécialement aux professionnels, les voitures étant engagées ou soutenues officiellement par les constructeurs. Aucune restriction n’est imposée à la formation des équipages, qui peuvent être constitués de trois pilotes "Platine" (de notoriété internationale), ce dont les formations ne se privent pas !
 

POIDS MINIMUM

1 245 kg

CONTENANCE DU RESERVOIR

90 litres

MOTEUR

Cylindrée maxi

Atmosphérique

5 500 cm3 maxi

Turbocompressé

4 000 cm3 maxi



CATEGORIE LM GTE Am
 

Les amateurs ont toujours fait partie de l'histoire des 24 Heures du Mans et, si le sport s'est professionnalisé depuis 1923, les gentlemen drivers ont toujours leur place dans le double tour d'horloge sarthois. La catégorie LM GTE Am leur est d'ailleurs réservée depuis 2011.
 
La catégorie accueille toutefois des pilotes de renom, voire officiels, qui viennent épauler les amateurs car chaque équipage peut recevoir le renfort d'un pilote "Platine" ou "Or". Ainsi, Porsche apporte à Patrick Dempsey, acteur hollywoodien et pilote qui compte trois participations aux 24 Heures du Mans, l'aide d'un de ses pilotes "usine".

Si les écuries sont toutes privées, les constructeurs se réjouissent toujours d'un podium, positif en terme d'image, d'autant que les voitures sont identiques à celles de la catégorie LM GTE Pro, tout comme les restrictions en matière de pneumatiques et de moteurs. Seule différence : les autos doivent avoir au minimum un an d'existence et ne peuvent donc bénéficier des dernières évolutions.

La similitude entre les voitures des deux catégories conduit parfois à voir des pilotes "Am" s'immiscer au sein des "Pro" sur les feuilles de classements, rappelant à tous que la vitesse de pointe ne suffit pas et que pour aller vite, il faut d'abord passer maître dans l'art de la gestion du trafic. Un art que les skieurs, habitués à se faufiler entre les portes, exploitent magistralement, à l'instar de Jean-Claude Killy ou de Luc Alphand, tous deux anciens participants aux 24 Heures du Mans.

Les deux experts de la glisse font partie d'une longue liste de personnalités venues essayer de dompter l'épreuve mancelle. De Paul Newman ou Jean-Louis Trintignant pour le cinéma, à Nick Mason de Pink Floyd ou David Hallyday pour la musique, en passant par Fabien Barthez pour le football, tous ont rêvé d'inscrire un jour leur nom au palmarès...
 

POIDS MINIMUM

1 245 kg

CONTENANCE DU RESERVOIR

90 litres

MOTEUR

Cylindrée maxi

Atmosphérique

5 500 cm3 maxi

Turbocompressé

4 000 cm3 maxi


 

Le 56e stand
 

En 2012, la Nissan DeltaWing inaugurait le 56e stand, un nouveau concept de garage « vert » appelé à devenir célèbre.

L’initiative va dans le sens de l’histoire : encourager le développement des nouvelles technologies en leur offrant le plus beau laboratoire d’essai, celui des 24 Heures du Mans. Si l’auto retenue par le comité de sélection ne correspond à aucun règlement, elle doit toutefois répondre à certains critères de performance et de sécurité.

Partagez cet article :
24 Heures du Mans 1985 – Porsche, la dixième victoire
Il y a trente ans, Porsche battait le record de victoires aux 24 Heures du Mans, détenu par Ferrari depuis...
24 Heures du Mans 1985 – Porsche, la dixième victoire
> En savoir plus...
24 Heures du Mans 2015 – Léo Roussel, un an après
En 2015, Léo Roussel restera fidèle à l’équipe Pegasus Racing et à sa Morgan-Nissan. après être devenu...
24 Heures du Mans 2015 – Léo Roussel, un an après
> En savoir plus...
ELMS - Harry Tincknell (Nissan) retrouve Jota Sport (Gibson) pour toute la saison
Comme pour les essais officiels de l'European Le Mans Series, Harry Tincknell, devenu pilote officiel...
ELMS - Harry Tincknell (Nissan) retrouve Jota Sport (Gibson) pour toute la saison
> En savoir plus...
Les produits de la boutique officielle 24 Heures du Mans
Top des ventes
  • Baptême Prototype Pescarolo
  • Session de Karting
  • Baptême Grand Circuit en Porsche
  • Mug "nouveau logo"
  • Porte-clés casque logo
  • Stylo "Nouveau logo"
  • Affiche Officielle des 24 Heures du Mans 2014
  • Chemise Alain Figaret Racing flag marine 24 Heures du Mans
  • Chemise Alain Figaret Le Mans legend 24 Heures du Mans
  • Cravate officielle Alain Figaret 24 Heures du Mans
  • Casquette Racing édition 2014
  • Ouvrage des 24 Heures du Mans 2014
  • BD 24 Heures du Mans 1964-1967 : Le duel Ferrari-Ford
  • DVD des 24 Heures du Mans 2014