1968 : les 24 Heures du Mans et le monde en folie
Retour

1968 : les 24 Heures du Mans et le monde en folie

En 1968, pour la seule et unique fois de leur histoire, les 24 Heures du Mans se d

Comme un symbole d'une année en folie, l'agitation politique et sociale du mois de mai en France a provoqué le report de la 36e édition des 24 Heures du Mans du mois de juin au 28-29 septembre. Cette course fut, entre autres, le théâtre de la consécration de Pedro Rodriguez et de la naissance de la légende d'Henri Pescarolo.

Les 24 Heures de 1968 - Si la course avait eu lieu en juin, son résultat aurait été sans doute très différent. Au volant de la Ford GT40 victorieuse, Lucien Bianchi et Pedro Rodriguez remplaçaient respectivement Brian Redman et Jacky Ickx, tous deux blessés en Formule 1. Cette édition est également marquée par la chevauchée nocturne d'Henri Pescarolo, en panne d'essuie-glace sous une pluie battante au volant de sa Matra. Porsche se rapproche de la plus haute marche du podium. Après avoir signé sa première pole position sarthoise grâce à Jo Siffert, le constructeur de Stuttgart termine deuxième (Dieter Spoerry-Rico Steinemann) et troisième (Jochen Neerpasch-Rolf Stommelen). Grâce à Bianchi et Rodriguez, Ford s'adjuge un troisième titre en Championnat du Monde des Marques, dont les 24 Heures du Mans constituaient la dernière manche en 1968.

Histoires de 1968 - Outre l'agitation en France au mois de mai, le monde est en ébullition. En janvier, l'offensive du Têt (du nom du Nouvel An vietnamien) est l'un des épisodes marquants de la guerre du Vietnam, tandis que l'Armée Rouge soviétique envahit la Tchécoslovaquie en août, mettant fin aux réformes menées par Alexander Dubcek. En fin d'année, après deux échecs en 1960 et 64, Richard Nixon est élu à la présidence des Etats-Unis, qui ont également vécu les assassinats de Martin Luther King (le 4 avril) et Robert Kennedy (le 6 juin). L'esprit révolutionnaire de 1968 marqué également le cinéma avec Stanley Kubrick, qui réinvente la science-fiction avec "2001 L'Odyssée de l'Espace". Steve McQueen est à l'affiche de "L'Affaire Thomas Crown" et "Bullitt". Devenu producteur avec ce dernier film, il pense déjà à "Le Mans" et effectue l'année suivante sa première visite aux 24 Heures pour les premiers repérages.

La musique de 1968 - L'agitation mondiale s'accompagne d'un foisonnement musical sans précédent. Le début d'année voit la sortie de "(Sittin On) The Dock Of The Bay", la chanson posthume d'Otis Redding, disparu dans un accident d'avion le 10 décembre 1967. Deux doubles albums entrent dans l'histoire : "Electric Ladyland" de Jimi Hendrix et le "double blanc" des Beatles. L'année s'achève sur l'album "Beggar's Banquet", une des pièces maîtresses des Rolling Stones, avec sa chanson d'ouverture "Sympathy For The Devil". Jimmy Page, Robert Plant, John Paul Jones et John Bonham signent l'acte de naissance du Hard Rock en formant Led Zeppelin. Parmi les autres musiciens et groupes qui ont marqué 1968, citons notamment Aretha Franklin et son album enregistré en concert à l'Olympia de Paris, Simon & Garfunkel et "Mrs. Robinson", Steppenwolf et "Born To Be Wild", Pink Floyd ou encore Joan Baez et le double album "Any Day Now", entièrement constitué de chansons de Bob Dylan.

Jean-Philippe Doret / ACO

Photo :  LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS, DIMANCHE 29 SEPTEMBRE 1968, ARRIVEE. Assis sur le toit de leur Ford GT40, Lucien Bianchi (casqué) et Pedro Rodriguez fêtent ce qui sera leur unique victoire aux 24 Heures du Mans.