8 Heures de Bahreïn: ils témoignent sur le LMP1
Retour

8 Heures de Bahreïn: ils témoignent sur le LMP1

Alors que les 8 Heures de Bahreïn marquent la fin de la saison 2019-2020, certains observateurs s’attarderont sans doute sur les dernières heures de course de la Toyota TS050 Hybrid, une des machines qui auront symbolisé la catégorie reine de l’Endurance, LMP1. En 2021, la catégorie reine sera l’Hypercar.

 

Créée en 2004, la catégorie reine de l’Endurance, appelée LMP1, a bien évolué durant plus de quinze ans d’activité. Elle a ainsi vu l’arrivée de machines diesel, hybrides…l’introduction d’un principe de gestion d’énergie par tour, tout comme des réductions de consommation remarquables Parmi les acteurs de l’endurance qui ont veillé ces dernières années à la catégorie reine, Vincent Beaumesnil, directeur Sport de l’ACO et Thierry Bouvet, directeur technique à la direction sport de l’ACO. Tous deux livrent les moments clefs de cette ère.

Pour Thierry Bouvet, l’ère LMP1 a coïncidé notamment avec la mise en place d’une EoT (équivalence de technologies) efficace pour une compétition assurée entre des technologies différentes (motorisation et ou système hydride), car c’est le propre de l’Endurance et des 24 Heures du Mans d’accueillir diverses options retenues par les engagés. Et cette ère a vu évoluer des machines aux technologies très variées. Preuve des progrès technologiques validés par la discipline, et cette catégorie, les performances générales des voitures atteignaient certains records établis avec une configuration de circuit au Mans, sans chicane. Dans le même temps, la réduction de consommation des moteurs thermiques, un objectif pour l’organisateur, était plus que significative.

Pour Vincent Beaumesnil, « le LMP1 a symbolisé le renouveau de l’endurance au début des années 2000 avec des voitures très performantes et sûres » Certains pilotes Audi, Peugeot et Toyota peuvent en témoigner. La rivalité ‘’diesel’’ entre Audi et Peugeot a également constitué une phase importante. Les protos hybrides, Audi, Porsche et Toyota, qui avaient recours à trois stratégies différentes, ont produit des courses ultra disputées. ‘’ce règlement était incroyable puisqu’il a permis d’atteindre avec 3 constructeurs des niveaux technologiques jamais atteints auparavant dans le monde du sport automobile, obtenant des niveaux de performances record associées à une efficience énergétique tout aussi inégalée, avec une réduction de 50% de consommation de carburant obtenue en quelques années. »

Le LMP1, époque charnière dans l’histoire de l’Endurance, laissera en 2021 la place à une nouvelle ère, l’Hypercar, avec notamment la machine réalisée par Toyota qui a bouclé ses premiers tours de roue en secret, récemment, et dont le constructeur a livré quelques photos ''camouflages'.