Le Mans, Daytona et Porsche : 24 Heures entre Sarthe et Floride
Retour

Le Mans, Daytona et Porsche : 24 Heures entre Sarthe et Floride

La nouvelle étape de la convergence entre le Championnat du Monde d’Endurance FIA et l’IMSA WeatherTech Sports Car Championship permettra à toutes les Hypercars de concourir pour la victoire non seulement au Mans mais aussi à Daytona, pour la course de 24 heures emblématique du calendrier IMSA. Deux épreuves dont le record de victoires est détenu par Porsche.

Dans le palmarès pléthorique de Porsche en endurance, l’égalité est presque parfaite entre ces deux rendez-vous, avec 19 victoires au Mans et 18 à Daytona. L’histoire croisée du constructeur allemand sur ces deux courses commence à la fin des années 1960, alors que les 24 Heures de Daytona constituent la manche d’ouverture du Championnat du Monde des Marques, ancêtre de l’actuel Championnat du Monde d’Endurance FIA.

1968-1970 : de la 907 à la 917 – Le 4 février 1968, c’est à Daytona que Porsche remporte sa première victoire sur une course d’endurance de 24 heures, avec une 907 pilotée par Vic Elford, Hans Herrmann, Jochen Neerpasch, Jo Siffert et Rolf Stommelen, soit les tout meilleurs pilotes d’usine de la marque à l’époque. La mythique 917 voit le jour un an plus tard. Après des débuts difficiles, les modifications effectuées par l’équipe Gulf de John Wyer et de son ingénieur John Horsman la transforment en 1970 et 71 en une implacable machine à gagner. Elle devient ainsi, après la Ford Mk II en 1966, la deuxième voiture à signer le doublé Daytona/Le Mans dans la même année. John Wyer l’impose à Daytona avec son pilote fétiche Pedro Rodriguez (associé en 1970 à Leo Kinnunen et Brian Redman puis à Jackie Oliver en 1971). La 917 offre également à la même époque ses deux premières victoires mancelles à Porsche, grâce à Richard Attwood/Hans Herrmann en 1970 (équipe Porsche Konstruktionen Salzburg) et Helmut Marko/Gijs van Lennep en 1971 (Martini Racing).

1982-1989 : de la 956 à la 962 C – En 1982, la nouvelle réglementation prototypes de l’époque, dite du Groupe C, donne naissance à la Porsche 956. Celle-ci remporte cette année-là les 24 Heures du Mans dès sa première apparition avec Jacky Ickx et Derek Bell, avant de récidiver l’année suivante aux mains d’Hurley Haywood, Al Holbert et Vern Schuppan. Mais celle-ci ne peut courir en IMSA, le règlement du championnat américain imposant le report du pédalier derrière l’axe des roues avant. Ainsi modifiée, la 956 devient 962 lors de sa première apparition à la mi-saison IMSA 1984, avant de remporter l’édition 1985 des 24 Heures de Daytona avec Thierry Boutsen, AJ Foyt, Al Unser Sr et Bob Wollek. Cette même année, Porsche en fait sous la dénomination 962 C son prototype d’usine pour les 24 Heures du Mans. Hans Joachim Stuck signe à son volant un record de la pole position (3’14’’88 à 251 km/h de moyenne) qui tiendra jusqu’en 2017. Mais les 962 C officielles sont battues en course à la stratégie de consommation par la 956 de Joest Racing. Par la suite, Derek Bell et Al Holbert s’imposent à Daytona avec la 962 (avec Al Unser Jr en 1986 et 87, rejoint cette dernière année par Chip Robinson) et au Mans avec la 962 C (avec Stuck en 1986 et 87). Battu dans la Sarthe par Jaguar en 1988 puis Sauber-Mercedes en 1989, Porsche signe deux nouvelles victoires à Daytona en 1989 avec la 962 de John Andretti/Derek Bell/Bob Wollek et en 1991 avec la 962 C Joest Racing d’Hurley Haywood/Frank Jelinski/Henri Pescarolo/John Winter/Bob Wollek.

Parallèlement à la légende des 24 Heures du Mans, le rendez-vous des 24 Heures de Daytona a toujours été très apprécié, notamment grâce aux spécificités du circuit, qui emprunte une partie du circuit ovale utilisé pour les 500 miles de Daytona… Et aussi pour une météo floridienne toujours très appréciée en plein hiver européen (même si la pluie s’est récemment invitée sur la course). Les constructeurs Hypercar auront aussi de bonnes raisons sportives de s’y rendre : Porsche y visera un record porté à vingt victoires, Ferrari ne s’y est plus imposé en tant qu’équipe d’usine depuis un demi-siècle, Peugeot n’y a jamais gagné, Jim Glickenhaus s’y ouvrirait de nouvelles opportunités à domicile, et peut-être d’autres encore… La grille sur la portion relevée du circuit lors du départ de la course aura sans aucun doute fière allure dans un avenir très proche !

PHOTOS (D.R. / ARCHIVES ACO) - EN HAUT : LE MANS (SARTHE, FRANCE), 24 HEURES DU MANS 1970. Si l'écurie Gulf a signé les deux victoires de la Porsche 917 aux 24 Heures de Daytona en 1970 et 71, l'équipe de John Wyer ne s'est malheureusement jamais imposée au Mans avec cette voiture pendant cette période. CI-DESSUS : LE MANS (SARTHE, FRANCE), 24 HEURES DU MANS 1986. Un an après le premier de ses cinq succès aux 24 Heures de Daytona, la 962 (en version 962 C) devient en 1986 la cinquième Porsche victorieuse dans la Sarthe, après la 917, la 936, la 935 et la 956.