Les 12 Heures de Sebring 2012 ou la rencontre d’avant-garde du FIA WEC et de l’IMSA
Retour

Les 12 Heures de Sebring 2012 ou la rencontre d’avant-garde du FIA WEC et de l’IMSA

L'accord permettant aux Le Mans Hypercar d’évoluer en IMSA à partir de 2023 c’est l’occasion de se souvenir qu’en 2012, les concurrents du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC et ceux de l’American Le Mans Series (ancêtre de l’IMSA WeatherTech SportsCar Championship) se sont affrontés lors des 12 Heures de Sebring. Cette 60e édition de la classique floridienne comptait à la fois pour l’American Le Mans Series 2012 et la toute première épreuve de l’histoire du FIA WEC.

Pour cette 60e édition historique des 12 Heures de Sebring, 64 voitures sont en lice. 30 le sont dans le cadre du FIA WEC et 34 dans celui de l’American Le Mans Series. Le plateau comporte six catégories et est ainsi composé : 11 LMP1, 13 LMP2/P2, neuf PC, cinq LMGTE Pro, 10 GT, sept LMGTE Am et neuf GTC. Parmi les constructeurs représentés, on trouve : Audi, HPD, Morgan, Pescarolo, Oreca, Lola, BMW, Chevrolet Corvette, Ferrari, Porsche et Aston Martin.
La pole position est réalisée par André Lotterer au volant de l’Audi R18 TDi #1 en 1’45’’820 devant la #2. A l’issue des qualifications, une hiérarchie se dessine : Audi devant les nouvelles HPD qui prennent l’avantage sur Lola et Pescarolo.
La principale interrogation d’avant course se porte sur le trafic en piste. Avec 64 voitures sur un circuit de six kilomètres, cela revient à une voiture tous les 100 mètres. La gestion du trafic s’annonce comme l’une des clefs de la course d’autant que lors des essais de nuit du jeudi se chargent de le prouver. En effet, un accrochage entre une Porsche GT partie en tête à queue, une Lola/Rebellion et l’Audi #3 fait craindre aux pilotes une course en mode « survie ».

Après une course marquée notamment par 11 neutralisations (soit 55 tours sous safety-car) et du suspens dans les catégories LMP2 et GTE, Audi ne laisse à personne d’autre le soin d’inaugurer le livre d’or du nouveau Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC. L’Audi R18 TDi #2 pilotée par Allan McNish, Tom Kristensen et Rinaldo Capello s’impose devant la #3 confiée à Timo Bernhard, Romain Dumas et Loïc Duval. Ce n’est pas une LMP1 mais une LMP2 qui monte sur la dernière marche du podium. Il s’agit de la HPD ARX 03b #44 de Starworks Motosport sur laquelle on trouve les pilotes Ryan Dalziel, Enzo Potolicchio et Stéphane Sarrazin. En LMGTE Pro, c’est la Ferrari 458 Italia GT2 qui brigue la victoire tandis qu’en LMGTE Am, la Porsche 911 GT3 RSR #88 du Team Felbermayr-Proton triomphe.

Cette 60e édition des 12 Heures de Sebring fut donc la seule et unique course durant laquelle le championnat du monde d’endurance de la FIA et le championnat nord-américain se sont affrontés. Ils se sont ensuite croisés lors d’un meeting commun organisé dans le cadre de la Super Saison 2018-2019 du FIA WEC puisque les 1000 Miles de Sebring furent organisés en prélude des 12 Heures de Sebring 2019. À partir de 2023, les Le Mans Hypercar pourront être alignées sur des manches de l’IMSA WeatherTech SportsCar Championship aux côtés des voitures LMDh. Ensemble, elles constitueront la catégorie Hypercar et offriront du spectacle aux fans de l’endurance.

Plus de photos des 12 Heures de Sebring 2012 :

PHOTO 1/8