Les 24 Heures du Mans en bande dessinée : une saga en cases majeures
Retour

Les 24 Heures du Mans en bande dessinée : une saga en cases majeures

CENTENAIRE DES 24 HEURES – LE MANS, L’EXCEPTION ⎮ Depuis près de dix ans, les chapitres majeurs de l’histoire des 24 Heures du Mans se déclinent également dans le cadre d’une collection publiée aux éditions Glénat, acteur majeur de la bande dessinée française. Une manière de (re)découvrir quelques grands moments à la veille du Centenaire, comme le duel Ford-Ferrari ou l’édition 1999.

Les premiers albums de Glénat BD mettant en scène les 24 Heures du Mans sont d’abord publiés dans une collection baptisée Plein Gaz, dédiée à l’histoire du sport automobile au sens large.

Le duel Ford-Ferrari, un scénario rêvé

Aujourd’hui, à raison d’une parution annuelle depuis bientôt une décennie, l’histoire des 24 Heures se décline en neuf albums et autant d’épisodes majeurs de cette saga bientôt centenaire : grands cycles victorieux (Bentley Boys 1923-1930, Jaguar 1951-1957, Ferrari, Matra), voitures de légende (Porsche 917). Sans oublier les grands duels, comme celui de Ford contre Ferrari, qui a inauguré la série 24 Heures du Mans de Glénat BD en 2014.

« Quand on évoque cette histoire auprès des professionnels de la bande dessinée, ils ont même peine à croire que nous n’avons absolument rien romancé dans cet album, avec de nombreux rebondissements, qui sont aussi le propre des 24 Heures du Mans et de l’endurance. Ce duel est du pain béni, car il porte d’emblée en lui un côté romanesque, raconte Frédéric Mangé, responsable de la collection Plein Gaz au moment de la sortie de l’album. L’esprit de cette série dédiée aux 24 Heures du Mans est celui de la véracité historique, c’est pour cette raison que nous avons fait appel au soutien et à l’expertise de l’Automobile Club de l’Ouest. »

Une autre édition majeure a fait l’objet en 2016 d’un album spécifique, par son intensité et l’affiche impressionnante des constructeurs au départ. « Je suis convaincu que les 24 Heures du Mans 1999 sont l'une des grandes éditions du 20e siècle et, de toutes celles que j'ai couvertes en tant que journaliste, c'est incontestablement celle qui m'a le plus marqué, s’enthousiasme Laurent-Frédéric Bollée, scénariste de cet album baptisé à juste titre Le choc des titans. J'étais chargé sur la chaîne Eurosport d'un programme de 52 minutes présentant les meilleurs moments de la course. Et j'ai passé la semaine à recueillir des interviews destinées à agrémenter cette émission. Lorsque je suis arrivé sur l'édition 1999, j'ai eu le sentiment, dès le Pesage, que nous allions assister à une course légendaire. »

Le Mans 1999, une fin de siècle pour l’histoire

Cette 67e édition a marqué à la fois son époque et une évolution majeure : « D'une certaine manière, les 24 Heures 1999 ont véritablement préfiguré les véritables sprints que nous voyons au Mans depuis 2011. Car finalement, les affrontements entre Audi, Porsche et Toyota des années 2010 sont l'héritage direct de ce qui s'est passé entre Toyota, BMW et Mercedes en 1999. La bataille de géants qui se joue cette année-là entre Toyota, BMW, Mercedes, Porsche et Audi, on l'a également retrouvée au niveau des hospitalités gigantesques. Tout le monde sait que 1999 va être un Grand Prix de 24 Heures. »

Une autre anecdote significative dénote également de l'attente créée par ces 24 Heures du Mans 1999 : « D'une manière générale, je rentrais à Paris la veille de la course, et je revenais le samedi matin pour le warm-up. Et ce samedi 13 juin 1999, pour la première fois en vingt ans de 24 Heures, je me suis retrouvé bloqué par un bouchon à l'entrée du circuit ! Il y avait plus de monde qu'on le pensait, signe encore une fois d'une édition exceptionnelle. »

Les 24 Heures 1999 avaient également vu la première participation d’Audi, aujourd’hui le deuxième constructeur le plus victorieux dans la Sarthe. « La première venue d'Audi aux 24 Heures du Mans cette année-là est un autre signe fort de la magie de l'édition 1999, analyse Laurent-Frédéric Bollée. Honnêtement, on est encore loin d'imaginer l'ampleur que va prendre cet engagement. Ce qu'Audi nous a fait vivre pendant dix-huit saisons (de 1999 à 2016, avec 13 victoires entre 2000 et 2014, ndlr) est légendaire. Leurs équipages se sont toujours bien entendus et étaient très complémentaires. Audi, c'est un esprit de famille totalement assumé, que je n'ai jamais retrouvé ailleurs. »

Aujourd’hui, la postérité a définitivement inscrit l’édition 1999 au panthéon des 24 Heures. Et près d’un quart de siècle plus tard, l’afflux de constructeurs qui a suivi l’entrée en piste de la catégorie Hypercar en 2021 constitue un nouveau chapitre majeur, magnifié par la grande célébration du Centenaire des 24 Heures en 2023. Avec une affiche aussi riche que celle de 1999 : Porsche, Ferrari, Toyota, Peugeot, Cadillac, en attendant Lamborghini, BMW, Alpine Honda HPD. Un nouvel âge d’or en piste, et une mine d’or pour de futurs albums de la collection 24 Heures du Mans de Glénat BD ?

Ces albums Glénat BD de cette collection sont disponibles à la boutique officielle des 24 Heures du Mans.

PHOTOS : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS - DE HAUT EN BAS (D.R. / ARCHIVES ACO) : les duels Ford-Ferrari de 1967 et BMW-Toyota de 1999 occupent une place privilégiée dans la collection 24 Heures du Mans de Glénat BD, tout comme dans l'histoire de la course.

Partenaire Majeur

Partenaires premium

Partenaires officiels

Fournisseurs officiels

Tous les partenaires