Rétrospective 2021 : Une quatrième victoire de rang pour Toyota aux 24 Heures du Mans
Retour

Rétrospective 2021 : Une quatrième victoire de rang pour Toyota aux 24 Heures du Mans

Replongez-vous dans la saison 2021 des circuits du Mans grâce à notre rétrospective. En remportant la 89e édition des 24 Heures du Mans, Toyota Gazoo Racing a brillamment ouvert l’ère des Hypercars.

Avec la victoire de leur Toyota GR010 Hybrid #7, les pilotes Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López ont effacé cinq années de malchance. Souvent devant mais jamais gagnant aux 24 Heures du Mans, ce trio a vécu cette victoire comme un véritable soulagement et a récolté des lauriers mérités. « C’est un rêve qui devient réalité après tant d’années. Je n’aurais pas pu choisir de meilleurs équipiers. Mike et Kamui sont comme des frères pour moi. Nous sommes sur le podium, mais ce sont plus de mille personnes qui sont derrière nous au Japon, et 600 ou 700 autres à Cologne », a confié José María López à l’arrivée. Cependant, pour décrocher cette quatrième victoire consécutive, Toyota Gazoo Racing a dû faire preuve d’ingéniosité. Un problème d’alimentation d’essence a affecté les deux voitures et a bien failli tout anéantir. Les ingénieurs de l’équipe ont su trouver des solutions sans rentrer les voitures dans le garage. « Les six dernières heures, nous avions une épée de Damoclès au-dessus de la tête », a confirmé Mike Conway. Notre progression était menacée mais finalement l’équipe a trouvé une solution technique. Tout le mérite lui revient. Cette course n’est jamais facile et cela a été beaucoup de stress sur la fin ». Heurtée dès le premier virage par un autre concurrent, la Toyota #8 a effectué une belle remontée et a démontré un bon rythme sur la première moitié de la course. Puis, elle a été la plus affectée par ces ennuis d’alimentation d’essence. Malgré ça, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley ont franchi la ligne d’arrivée en deuxième position.

Troisième derrière les deux Toyota, l’Alpine A480-Gibson #36 d’Alpine Elf Matmut s’est battue face à la Glickenhaus 007 LMH #708 pour conserver ce résultat. « L’honneur est sauf », a estimé André Negrão, pilote de l’Alpine. Pour sa première participation aux 24 Heures du Mans, Glickenhaus Racing visait d’abord le drapeau à damier avec ses deux Hypercars. Les 007 LMH #708 et #709 se sont respectivement classées quatrième et cinquième du classement général. À noter que sur les cinq Hypercars au départ, toutes ont rallié l’arrivée démontrant ainsi « que le concept est bon », selon Vincent Beaumesnil, Directeur sport de l’Automobile Club de l’Ouest.

« Chaque battement de cœur comptait »

Toujours très disputée, la catégorie LMP2 a donné lieu à un ultime coup de théâtre. Alors que l’Oreca 07-Gibson #41 du Team WRT s’acheminait vers la victoire, celle-ci s’est immobilisée en piste à l’approche des esses de la Forêt. Les capteurs électroniques ayant rendus l’âme, la pédale d’accélérateur ne répondait plus aux pressions du pilote chinois Yifei Ye. « C’était une course mouvementée. Je menais le rêve jusqu’à ce qu’il se brise. Avec mes coéquipiers Louis Deletraz et Robert Kubica, nous avons bien pris soin de la voiture et nous avons pris la tête de notre catégorie à quelques heures de la fin. Durant mon dernier relais, j’étais précautionneux avec la voiture, j’évitais les vibreurs et j’étais concentré sur le fait de la ramener à la maison. Puis, tout s’est arrêté », regrettait le pilote. Heureusement, la deuxième Oreca 07-Gibson de l’équipe belge, la #31 du trio Frijns, Habsburg et Milesi, a hérité des commandes et s’est imposée d’une courte tête (0,7 seconde, ndlr) devant la #28 de JOTA. « Lorsque vous regardez l’écart final, vous vous rendez compte que chaque battement de cœur comptait », commente Ferdinand Habsburg.
L’Oreca 07-Gibson #65 de Panis Racing pilotée par Julien Canal, Will Stevens et James Allen a complété le podium de la catégorie LMP2.

Ferrari avec aisance et maîtrise

La catégorie LMGTE Pro mettait aux prises Porsche, Ferrari et Chevrolet Corvette. Ces trois marques pouvaient prétendre à la victoire. Durant les premiers relais, ce sont les Chevrolet Corvette C8.R de Corvette Racing qui se sont montrées les plus à l’aise. Toutefois, à la faveur d’une meilleure régularité, les Ferrari F488 GTE Evo d’AF Corse ont pris les rênes. La #51 confiée à Alessandro Pier Guidi, James Calado et le français Côme Ledogar a permis à Ferrari de remporter la course et de décrocher un quatrième succès après ceux glanés en 2012, 2014 et 2019. « Ça pouvait paraître relativement facile de l’extérieur mais ça ne l’était absolument pas. C’était une épreuve très stratégique et l’équipe a été excellente sur ce plan aussi pour nous amener vers la première place. La Corvette était plus rapide, nous n’avons jamais pu être sereins », a expliqué James Calado.
Pour sa première participation aux 24 Heures du Mans, la Chevrolet Corvette C8.R #63 s’est donc hissée sur la deuxième marche du podium de la catégorie devant la Porsche 911 RSR-19 #92.

Un exploit historique

En LMGTE Am, les pilotes amateurs et professionnels ont été confrontés à de nombreuses embuches. Rappelons que ces derniers font cause commune puisque dans cette catégorie, un équipage doit inclure un ou deux gentlemen drivers. Il ne fallait pas commettre d’erreurs et les conditions piégeuses durant la nuit ont mis certains pilotes en difficulté. Ainsi, la Ferrari 488 GTE Evo #83 d’AF Corse et l’Aston Martin Vantage AMR #33 de TF Sport ont mené un combat durant toute la course. Finalement, la Ferrari #83 pilotée par François Perrodo, Nicklas Nielsen et Alessio Rovera s’est imposée devant l’Aston Martin #33 et la Ferrari #80 d’Iron Lynx. « Nous avons gagné avec 90 secondes d’avance, après un vrai combat avec l’Aston Martin. C’était vraiment compliqué à plusieurs reprises, beaucoup sont sortis de la piste dans ces conditions. Nous avons réussi à faire le break, Nicklas et Alessio ont été très bons de nuit. Cette partie de la course était délicate : j’ai préféré laisser les pros effectuer leur travail », a résumé François Perrodo à l’issue de la course.

Cette 89e édition a permis d’assister à un exploit historique : deux pilotes en situation de handicap ont vu l’arrivée. C’est une véritable aventure humaine à laquelle ont participé Nigel Bailly et Takuma Aoki. Ces deux pilotes paraplégiques faisaient équipe avec Matthieu Lahaye au volant de l’Oreca 07-Gibson #84 d’Association SRT41 engagée en catégorie Innovative Car. Un projet initié par Frédéric Sausset, premier pilote quadri amputé à avoir terminé les 24 Heures du Mans (2016). Aux termes d’une course menée sans encombre, la #84 a franchi la ligne d’arrivée à la 32e position du classement général.

Cette 89e édition des 24 Heures du Mans constituait la quatrième des six manches du Championnat du monde d’endurance FIA WEC 2021. Après une saison disputée, Toyota Gazoo Racing a remporté le Championnat du monde d’endurance Hypercar et Ferrari le Championnat du monde d’endurance des constructeurs GT de la FIA. Team WRT a décroché le Trophée endurance FIA des équipes LMP2 et AF Corse celui des équipes LMGTE Am.

La 90e édition des 24 Heures du Mans est programmée les 11 et 12 juin 2022. Il s’agira de la troisième des six manches de la saison 10 du FIA WEC. En attendant, revivez les meilleurs moments de la course grâce à la vidéo ci-dessous.