24 Heures du Mans 1967 (2)  - Ford et Ferrari, les coulisses d'un duel
Retour

24 Heures du Mans 1967 (2) - Ford et Ferrari, les coulisses d'un duel

Les 24 Heures du Mans 1967 ont marqué l'apogée du duel Ford-Ferrari, amorcé en 1964. A l'issue d'une course de légende, les deux constructeurs ont fait honneur à leur rang. Retour sur quelques histoires en coulisse d'un duel titanesque, auquel a hélas manqué l'un des meilleurs pilotes de cette période, disparu peu avant ces 24 Heures 1967.

Disparition - La meilleure performance des essais préliminaires (ancêtres de l'actuelle Journée Test) des 8 et 9 avril 1967 voient la Ferrari P4 de Lorenzo Bandini réaliser la meilleure performance. En 3'25''5 (235 km/h de moyenne), il efface même de cinq secondes le record du tour établi par Dan Gurney (Ford) en course en 1966. Mais le 7 mai, l'Italien est accidenté au Grand Prix de Monaco à la sortie du tunnel, alors qu'il est deuxième à la poursuite du futur vainqueur Dennis Hulme. Il succombe à ses blessures trois jours plus tard. En 1963, il avait constitué, avec son compatriote Ludovico Scarfiotti, le seul équipage 100 % transalpin vainqueur des 24 Heures du Mans au volant d'une Ferrari.

Ford et ses pare-brises - Pendant les essais de ces 24 Heures du Mans 1967, les Ford Mk IV sont victimes d'une curieuse épidémie de pare-brises fendus. Aux grands maux les grands remèdes : Ford affrète un Boeing 707 pour en ramener directement des Etats-Unis. Pour éviter tout dommage, les sept pare-brises de rechange voyagent même sur les sièges de la première classe, sous la vigilance de deux ingénieurs !

Chris Amon, de Ford à Ferrari - Vainqueur des 24 Heures l'année précédente sur Ford Mk II avec son compatriote Bruce McLaren, le Néo-Zélandais Chris Amon passe chez Ferrari en 1967. Il est contraint à l'abandon pendant la nuit à la suite d'une crevaison, survenue dans la courbe Dunlop. N'ayant pu réparer en bord de piste (les prototypes embarquaient à l'époque une roue de secours) après avoir... cassé son marteau de secours contre l'écrou de roue, il tente de ramener sa Ferrari au stand, mais le pneu éclaté arrache une canalisation d'essence et provoque un incendie. Pour échapper aux flammes, Chris Amon parvient à sauter en marche à proximité d'un poste de commissaires.

Poker menteur au Tertre Rouge - Lorsque la Ferrari n°21 remonte en deuxième position après l'accident collectif de trois Ford au Tertre Rouge, Michael Parkes, malgré ces cinq tours de retard, décide alors de mener la vie dure à Dan Gurney... Mais ce dernier décide de s'arrêter à Arnage pour laisser passer le Britannique... Qui s'arrête à son tour, mais finit par repartir le premier, immédiatement suivi par Gurney qui le repasse quelques boucles plus tard !

 

Cliquez ci-dessous pour d'autres histoires de la 35e édition des 24 Heures du Mans :

Les 24 Heures du Mans 1967 (1) - Ford et Ferrari, le duel ultime

 

Photo : Deuxièmes, Ludovico Scarfiotti (assis sur la voiture), Michael Parkes (au volant) et leur Ferrari auront tout tenté face à la Ford victorieuse, dès lors qu'ils reçurent la consigne d'attaquer. Mais leur superbe prestation sauve l'honneur de Ferrari, sous les acclamations méritées d'un public connaisseur et pléthorique, estimé à plus de 300 000 spectateurs.