24 Heures du Mans 1973, le dernier duel de Ferrari
Retour

24 Heures du Mans 1973, le dernier duel de Ferrari

Il y a quelques jours, Ferrari a annoncé son arrivée en Hypercar à l’horizon 2023, soit cinquante ans après sa dernière apparition au Mans en prototypes en tant qu’équipe d’usine. En 1973, l’édition du cinquantenaire des 24 Heures avait offert une somptueuse bataille entre la marque au cheval cabré et Matra.

Pour leur demi-siècle, les 24 Heures du Mans pouvaient-elles rêver plus belle affiche ? D’un côté Matra, vainqueur en 1972, dont la contribution au renouveau du sport automobile français est incomparable. Face au constructeur français, c’est le grand retour de l’équipe d’usine Ferrari, dont la dernière participation remontait à 1970 et au grand duel avec la Porsche 917.

Trois Ferrari 312 PB sont confiées à Jacky Ickx/Brian Redman (n°15), Arturo Merzario/Carlos Pace (n°16) et Carlos Reutemann/Tim Schenken (n°17). Matra aligne quatre voitures, aux mains de Jean-Pierre Beltoise/François Cevert (n°10), Gérard Larrousse/Henri Pescarolo (n°11), Jean-Pierre Jabouille/Jean-Pierre Jaussaud (n°12) et Patrick Depailler/Bob Wollek (n°14).

Ferrari domine les essais et monopolise la première ligne, avec le deuxième chrono pour Jacky Ickx et la pole position pour Arturo Merzario. Au départ, ce dernier s’échappe d’emblée, jusqu’à ce qu’un problème de réservoir d’essence ne coûte 25 minutes à la Ferrari n°16. La Matra de Depailler/Wollek prend alors la tête jusqu’à son abandon sur casse moteur. Reutemann/Schenken redonnent alors le commandement à Ferrari. Ils sont leaders cinq heures durant, avant d’être à leur tour victimes de leur moteur à la onzième heure.

Cet abandon fait les affaires de deux équipages Ferrari et Matra qui ont joué la prudence en début de course. Ickx et Redman s’installent en tête devant Pescarolo et Larrousse, au volant de la seule Matra jusqu’alors épargnée par des soucis de déchappage de pneumatiques. Déjà victime d’ennuis d’échappement, la Ferrari perd la première place le dimanche peu avant 9 h 30 à la suite d’un tête-à-queue de Redman qui le renvoie au stand pour réparation.

L’avance de Pescarolo/Larrousse grimpe alors à six tours après que Jacky Ickx est victime du même problème de réservoir d’essence que la n°16 en début de course. Mais lors d’un changement de pneus, la Matra refuse de redémarrer. Vingt minutes sont alors perdues, et quand elle reprend la piste, Ickx et Redman ne sont plus qu’à un tour. Le Belge et le Britannique entretiennent le suspense jusqu’à 14 h 27, quand Ickx ramène la 312 PB n°15 au stand, moteur cassé.

Gérard Larrousse et Henri Pescarolo s’imposent avec une marge de six tours sur Merzario et Pace, au volant de la seule Ferrari 312 PB à l’arrivée. Repartis trentièmes après leur souci de réservoir d’essence, l’Italien et le Brésilien doivent par la suite faire changer leur embrayage. Auteurs d’une belle remontée, ils héritent de la deuxième marche du podium suite à l’abandon de leur compagnon d’écurie Jacky Ickx. En troisième position figure l’autre Matra rescapée de Jabouille/Jaussaud.

Un autre duel Ferrari-Matra a opposé Arturo Merzario à François Cevert pour le record du tour. Le premier le bat à trois reprises lors de sa chevauchée en tête du début de course (3’42’’2, 3’40’’8 puis 3’40’’4) avant que le second ne le fixe dans la nuit à 3’39’’6 (223,607 km/h de moyenne).

Malgré la défaite, ce duel de Ferrari avec Matra a enthousiasmé le public et n’a pas manqué de panache. La victoire lui a certes échappé, mais le cheval cabré signe la pole position et un podium, après avoir cumulé 14 heures en tête de la course. En 2023, cinquante ans plus tard, l’histoire des grandes batailles sarthoises de Ferrari s’enrichira d’un chapitre grandiose face à Toyota, Peugeot, Porsche, Audi… et peut-être d’autres encore.

PHOTOS (D.R. / ARCHIVES ACO) : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS, 9 & 10 JUIN 1973 - En haut : la Ferrari 312 PB de Carlos Reutemann/Tim Schenken (n°17) précède les Matra MS670B de Jean-Pierre Jabouille/Jean-Pierre Jaussaud (n°12) et Patrick Depailler/Bob Wollek (n°14). Ci-dessus : coéquipier de Jacky Ickx au volant de la Ferrari n°15, Brian Redman est à l'attaque au virage d'Arnage.