FIA WEC – Sept semaines de préparation pour 14 heures de course avec Porsche GT Team
Retour

FIA WEC – Sept semaines de préparation pour 14 heures de course avec Porsche GT Team

Le Championnat du monde d’endurance FIA WEC entame sa dernière ligne droite avec les Bapco 6 heures et 8 heures de Bahreïn le 30 octobre et le 6 novembre. Ce double week-end final pose des défis particuliers à l’équipe d’usine Porsche. Explications.

Les ateliers de Manthey Racing, équipe d’exploitation de Porsche en FIA WEC, sont quasiment vides depuis le 6 septembre. Ce jour-là, DHL, le partenaire logistique du FIA WEC, a récupéré cinq conteneurs maritimes de douze mètres de long chacun et les a expédiés à Bahreïn depuis la ville portuaire belge d’Anvers. Ces conteneurs contiennent l’équipement des deux dernières manches de la saison, y compris les deux Porsche 911 RSR #91 et #92 et les deux voitures de sécurité qui sont également entretenues par Manthey. Ce n’est que pour les 24 Heures du Mans, moment fort de la saison, que l’équipe a besoin de plus de matériel.

14 jours au Moyen-Orient

« D’un point de vue logistique, les courses consécutives sur le golfe Persique sont beaucoup plus faciles qu’une épreuve à Fuji », déclare le team manager Bernhard Demmer. À l’origine, le calendrier du FIA WEC avait prévu une course au Japon et une autre à Bahreïn à la fin de l’année. Un programme qui aurait réclamé plus d’effort en termes de transport. « À Bahreïn, tout est traité comme une importation temporaire : le matériel n’est importé que pour une courte période, puis le même matériel est à nouveau exporté. C’est nettement plus facile à organiser », explique Demmer. « Au Japon, le fret entre dans le pays via le carnet ATA (un document douanier international qui permet à son détenteur d'importer, de manière temporaire, des marchandises sans paiement des droits et taxes normalement applicables, ndlr). Cela nécessite, entre autres, une garantie de la Chambre de commerce et d’industrie, ainsi que de nombreuses signatures et cachets. Dans l’ensemble, c’est un effort nettement plus important », ajoute le chef d’équipe.

En raison de ce nouveau calendrier de fin de saison, l’équipe économise non seulement de l’argent mais aussi du travail dans certains domaines. L’équipement des stands n’a pas besoin d’être monté et démonté entre les deux courses. Les voitures sont entretenues dans le garage, bien équipé, entre les deux manches. L’ensemble de l’équipe passera au total 14 jours au Moyen-Orient. « Il y a certainement des endroits pires que Bahreïn pour une telle situation », sourit Demmer. « Les gens y sont sympathiques, les hôtels sont de première classe et les conditions sur la piste sont idéales. De plus, tout le monde peut y trouver sa dose de soleil et de chaleur avant l’hiver européen ».

À Bahreïn, Porsche GT Team va disputer 14 heures de course plus une journée d’essais à l’occasion des Rookies Tests. Les membres de l’équipe ont un programme qui comprend à la fois un travail intensif et des pauses bien méritées. Si les deux Porsche 911 RSR-19 franchissent la ligne d’arrivée de la première course sans dommages majeurs, les autos seront révisées dimanche et lundi matin. Les mécaniciens auraient ensuite 24 heures de temps libre. « Une chose importante, et elle est souvent négligée, si vous rentrez chez vous entre deux courses, comme entre Fuji et Bahreïn par exemple, c’est comme appuyer sur un bouton de réinitialisation. Automatiquement, l’équipage serait entièrement concentré sur chacun des week-ends de course », analyse Bernhard Demmer. « Nous devons obtenir le même effet sur ce double événement même s’il semble long. Nous devons tous répartir notre concentration et nos énergies de manière optimale car tout va se jouer sur ces deux dernières courses », souligne-t-il.

Une machine à laver et un sèche-linge

Avec deux courses consécutives, les équipes du FIA WEC n’ont jamais expérimenté ce format auparavant. « Les ingénieurs doivent tout suivre, analyser et tout préparer en quatre jours quand habituellement ils auraient deux ou trois semaines pour le faire. Même si nous gagnons la première course, les pilotes et les ingénieurs trouveront toujours des choses à optimiser », commente Alexander Stehlig, responsable des opérations. « J’ai été moi-même ingénieur de course. Je sais que nous aimons calculer à la deuxième décimale, même si la première suffirait. C’est ainsi que nous travaillons et c’est une bonne chose. Néanmoins, nous devons également gérer efficacement notre charge de travail dans ce domaine ».

PHOTO 1/2

Pour l’anecdote, dans le matériel expédié par Porsche GT Team à Bahreïn, on trouve une machine à laver et un sèche-linge. Pour un événement aussi long, les vêtements de l’équipe et des pilotes doivent être nettoyés de temps en temps, en particulier dans la chaleur étouffante du désert. « Avec un service de blanchisserie comme celui qu’on peut trouver dans un hôtel, vous courez toujours le risque que les vêtements reviennent une taille plus petite. C’est pourquoi nous préférons laver nos vêtements nous-même », s’amuse Demmer.

Porsche GT Team figure actuellement à la deuxième place du Championnat du monde d’endurance des constructeurs GT de la FIA. L’équipe possède 16 points de retard sur AF Corse. Au Championnat du monde d’endurance des pilotes GT de la FIA, Kevin Estre et Neel Jani, les pilotes de la Porsche #92 sont à 12 points des leaders, Alessandro Pier Guidi et James Calado, pilotes de la Ferrari #51. « C'est dommage que nous ayons dû abandonner la tête du championnat des pilotes lors de la course précédente au Mans. En même temps, cela nous donne aussi une énorme motivation. Si nous gagnons les deux courses, le titre est à nous. C'est notre grand objectif », commente Kevin Estre.
Le départ des Bapco 6 Heures de Bahreïn sera donné ce samedi 30 septembre à 10 heures, heure française.

Retrouvez la liste des engagés.