Histoires des 18 et 19 juin... 1983 - Vern Schuppan premier Australien vainqueur
Retour

Histoires des 18 et 19 juin... 1983 - Vern Schuppan premier Australien vainqueur

Sept

Après la Seconde Guerre Mondiale, les premiers grands champions australiens ont d'abord été couronnés en Formule 1, avec Sir Jack Brabham (1959-60-66) et Alan Jones (1980). S'il se fait d'abord connaître en monoplace en Europe (dix-sept Grands Prix en Formule 1 disputés de 1972 à 1974) après de nombreuses victoires en karting dans son Australie natale, c'est en sport-prototypes que se construit la réputation de Vern Shuppan. 

Il découvre les 24 Heures du Mans en 1973, l'année de ses trente ans, au volant d'une Mirage M6. Pendant la deuxième moitié des années 1970, il devient un habitué du top 5 (3ème en 1975, 5ème en 1976, 2ème en 1977).

Pilote éclectique comme on savait l'être dans les années 1970, Vern Schuppan s'est également essayé à la monoplace américaine, avec trois départs aux 500 miles d'Indianapolis. Après sa dernière participation, le hasard fait de lui un pilote d'usine Porsche aux 24 Heures du Mans : "J'avais terminé troisième des 500 miles, tandis que le pilote américain Rick Mears, que Porsche avait contacté pour les 24 Heures 1981, a été brûlé au visage. On m'a proposé de le remplacer et j'ai rejoint Jochen Mass et Hurley Haywood au Mans (avec la 12ème place à l'arrivée). Porsche m'a redemandé en 1982, j'ai refait équipe avec Jochen et nous avons terminé 2èmes."

En 1983, Vern Schuppan est associé à deux Américains, Hurley Haywood (déjà vainqueur au Mans en 1977) et Al Holbert. Après le triplé de la Porsche 956  l'année précédente, emmené par le duo Jacky Ickx-Derek Bell, le Belge et le Britannique sont une nouvelle fois les grands favoris en 1983. Sextuple vainqueur, Ickx affirme ses ambitions dès les qualifications, en devenant le premier pilote à signer trois pole positions consécutives au Mans. Mais dès le deuxième tour de course, il est victime d'un accrochage au virage de Mulsanne, qui le fait chuter à la 43ème place. Il entame alors une spectaculaire remontée, qui le ramène en deuxième position à la 9ème heure de course.

Ickx et Bell entament alors un long duel avec l'autre Porsche 956 d'usine des leaders Schuppan-Haywood-Holbert, mais perdent quatre tours le dimanche matin sur un problème d'injection. La victoire semble acquise à l'Australien et à ses deux équipiers américains... mais à 90 minutes de l'arrivée, coup de théâtre : l'une des portières de la 956 numéro 3 s'envole ! Vern Schuppan est au volant : "J'ai décidé d'accomplir trois ou quatre tours supplémentaires sans portière, car je voulais donner aux mécaniciens le temps de se préparer à la remplacer lorsque je rejoindrais le stand. Mais la nouvelle portière était scotchée, et nous avons dû, sur injonction des officiels, repasser au stand pour faire en sorte qu'elle puisse s'ouvrir à nouveau."

Après cette mésaventure qui lui coûte deux tours, l'Australien cède le volant à Al Holbert, chargé de ramener la 956 jusqu'au drapeau à damier... Ils sont encore leaders mais la Porsche se met à cracher un inquiétant panache de fumée blanche par son échappement. "Jusqu'alors, Al, Hurley et moi n'avions pas ressenti de pression particulière... mais en voyant le panache de fumée sur les écrans, je me suis dit : "bon sang, on ne va pas aller au bout!"...

D'autant plus que la 956 de Ickx-Bell est toujours dans leur sillage ! Finalement, les deux Porsche sont séparées d'un peu plus d'une minute sous le drapeau à damier, "et le moteur a définitivement rendu l'âme sitôt la ligne d'arrivée franchie !", sourit Vern Schuppan.

Par la suite, le trio vainqueur en 1983 restera fidèle à Porsche. Egalement directeur de la compétition de Porsche North America, Al Holbert remporte deux autres victoires (1986 et 1987) avant de trouver la mort dans un accident d'avion en 1988. Son compatriote Hurley Haywood s'impose à nouveau en 1994. Vern Schuppan pilote lui aussi des Porsche jusqu'en 1989, l'année de sa 17e et dernière participation mancelle.

Après avoir créé une version homologuée pour la route de la Porsche 962 C (victorieuse au Mans en 1986 et 87), il est également sollicité en vue de la création du Grand Prix d'Australie de Formule 1, qui se tient de 1985 à 1995 à Adelaide, capitale de l'Etat de l'Australie Méridionale, où il réside aujourd'hui.

Cinquante et unième édition des 24 Heures du Mans : le podium
1-Al Holbert-Hurley Haywood-Vern Schuppan (Porsche 956 n°3)
2-Jacky Ickx-Derek Bell (Porsche 956 n°1)
3-Mario & Michael Andretti-Philippe Alliot (Porsche 956 n°21)

Jean-Philippe Doret / ACO