Kamui Kobayashi premier lauréat de l'Hyperpole
Retour

Kamui Kobayashi premier lauréat de l'Hyperpole

La toute première Hyperpole de l'histoire des 24 Heures du Mans a été décrochée par le pilote japonais Kamui Kobayashi. Un habitué de la chasse au chrono.

Pour la troisième fois de sa carrière, et la deuxième fois consécutive, Kamui Kobayashi a été l'homme le plus rapide des qualifications aux 24 Heures du Mans. Le pilote Toyota, qui détient toujours le record du tour le plus rapide de l'histoire de l'épreuve (3'14''791 en 2017), a claqué un très beau 3'15''267. En fin de séance, on croyait à un exploit. Dans son ultime tour lancé, il bouclait le premier et le deuxième secteur avec des temps intermédiaires plus rapides que ceux de son record ! Mais, bloqué à la sortie de l'enchaînement des virages Porsche, il n'allait finalement pas améliorer.

La grille de départ ne sera pas 100% nippone. La Rebellion R13-Gibson #1 du Rebellion Racing de Bruno Senna/Norman Nato/Gustavo Menezes sera deuxième demain à 14 h 30. Le temps de 3'15''822 de Gustravo Menezes est une excellente surprise. Jamais une R13-Gibson n'avait été aussi vite. Sur la voiture sœur, Louis Delétraz échoue au pied du podium. Il n'a pourtant pas démérité, lui qui a été « contrôlé » à 349 km/h avant le premier freinage dans les Hunaudières. 

La catégorie LMP2 possède désormais un nouveau record du tour. (Hyper)Paul Di Resta a placé l'Oreca 07-Gibson #22 United Autosports en tête en 3'24''528. Il efface la précédente marque de la catégorie, un temps de 3'24''842 réalisé par Paul-Loup Chatin en 2018. Jean-Eric Vergne est deuxième avec l'Aurus 01-Gibson #26 G-Drive Racing. L'Oreca 07-Gibson #29 du Racing Team Nederland qui anime la catégorie depuis hier est troisième. 

En LMGTE Pro, trois constructeurs différents aux trois premières places. Gianmaria Bruni est le plus rapide. Lui qui avait signé un 3'47"504 en 2018 n'a pas pu rééditer l'exploit. Il avait, à l'époque, bénéficié d'une triple aspiration dans les portions droites lui permettant d'optimiser sa vitesse de pointe. Aujourd'hui, en 3'50''874, il a tout de même flirté avec les 300 km/h. La Ferrari 488 GTE EVO #51 AF Corse d'Alessandro Pier Guidi/James Calado/Daniel Serra est deuxième, devant l'Aston Martin Vantage AMR #95 Aston Martin Racing de Nicki Thiim/Marco Sørensen/Richard Westbrook. Les trois voitures anglaises engagées en LMGTE (deux en LMGTE Pro, une en LMGTE Am) roulaient en formation durant cette Hyperpole. Une parade pour les représentants de Gaydon. 

En LMGTE Am, Côme Ledogar place la Ferrari 488 GTE EVO #61 du Luzich Racing en tête. Une voiture qui se remarque avec son numéro 61 décoratif, qui évoque le passé de l'épreuve. La Ferrari est suivie par deux Porsche : la Porsche 911 RSR #77 Dempsey-Proton Racing de Christian Ried/Riccardo Pera/Matt Campbell puis la Porsche 911 RSR #56 Team Project 1 d'Egidio Perfetti/Larry Ten Voorde/Matteo Cairoli.

A l'issue de cette Hyperpole, les meilleurs chronos dans chaque catégorie sont :

LMP1 : Toyota TS050-Hybrid #7 Toyota Gazoo Racing - Kamui Kobayashi : 3'15"267
LMP2 : Oreca 07-Gibson #22 United Autosports - Paul Di Resta : 3'24"528
LMGTE Pro : Porsche 911 RSR-19 #91 Porsche GT Team - Gianmaria Bruni : 3'50"874
LMGTE Am : Ferrari 488 GTE EVO #61 Luzich Racing - Côme Ledogar : 3'51"266

Chaque Hyperpoleman a reçu après la séance un trophée spécial.