L’ACO salue la mémoire de Patrick Tambay
Retour

L’ACO salue la mémoire de Patrick Tambay

Décédé ce dimanche 4 décembre, Patrick Tambay a disputé à quatre reprises les 24 Heures du Mans, avec un top 5 en 1989. Il a également été un des grands animateurs français de la Formule 1 au début des années 1980.

Né à Paris le 25 juin 1949, Patrick Tambay fait partie de cette génération de pilotes français qui s’est épanouie sur les circuits pendant la deuxième moitié des années 1970, aux côtés de Jacques Laffite, Jean-Pierre Jarier, Didier Pironi ou encore René Arnoux.

Après une belle carrière junior en ski alpin, sa victoire au volant Elf en 1972 lui sert de tremplin vers le sport automobile. Il fait des débuts probants en formule de promotion monoplace, finissant vice-champion de Formule Renault en 1973 et de Formule 2 en 1975.

Patrick Tambay découvre les 24 Heures du Mans avant même de débuter en Formule 1. Chez Renault-Alpine en 1976 et 77, il est au cœur du duel pour la victoire avec Porsche. Mais ces deux participations s’achèvent sur deux abandons. Il retrouve la Sarthe quatre ans plus tard chez un autre constructeur français, Jean Rondeau, mais il est contraint une nouvelle fois à l’abandon. Pendant cette période, il a notamment pour coéquipiers deux vainqueurs français des 24 Heures : Jean-Pierre Jaussaud en 1977 et Henri Pescarolo en 1981.

C’est en tant que pilote d’usine Jaguar qu’il reçoit enfin le drapeau à damier des 24 Heures. En 1989, pour son dernier départ manceau, il termine quatrième en compagnie du Néerlandais Jan Lammers (vainqueur l’année précédente, déjà avec la marque britannique) et du Britannique Andrew Gilbert-Scott.

Parallèlement, Patrick Tambay poursuit une carrière en Formule 1 marquée par deux victoires lors de son passage chez Ferrari en 1982 et 83, contribuant aux deux titres des constructeurs remportés par le cheval cabré à l’issue de ces deux saisons. En 114 Grands Prix de 1977 à 1986, il signe neuf autres podiums et cinq pole positions. Eclectique comme l’étaient la plupart des pilotes de sa génération, il a aussi brillé en Amérique du Nord dans le Challenge CanAm (deux titres en 1977 et 80) et en rallye-raid, avec une troisième place au Paris-Dakar 1988.

Egalement pilote, son fils Adrien, aujourd’hui âgé de 31 ans, s’est illustré en championnat allemand DTM et en Coupe du Monde FIA ETCR (voitures de tourisme électriques), dont il décroche le premier titre mondial en 2022.

A sa famille et à ses proches, l’Automobile Club de l’Ouest présente ses plus sincères condoléances.

Partenaire Majeur

Partenaires premium

Partenaires officiels

Fournisseurs officiels

Tous les partenaires