Le tweet race des 24 Heures du Mans 2021
Retour

Le tweet race des 24 Heures du Mans 2021

Revivez les moments forts de la 89e édition des 24 Heures du Mans à travers une série de tweets publiés sur le compte twitter de l’épreuve.

Le départ, donné par John Elkann, président de Ferrari, a été particulièrement agité pour certains pilotes. Olivier Pla, pilote de la Glickenhaus #708 a manqué son freinage et harponné la Toyota GR010 Hybrid #8 pilotée par Sébastien Buemi. L’Hypercar japonais a rencontré des difficultés à se remettre en route et s’est même arrêtée dans la ligne droite des Hunaudières pour repartir au bout de quelques instants. Sébastien Buemi s’est ensuite accroché avec la Ligier JSP217-Gibson #74 de Racing Team India Eurasia.

Sur piste humide, les probabilités pour les pilotes de partir à la faute étaient élevées. Nicolas Lapierre, pilote de l’Alpine A480-Gibson #36 d’Alpine Elf Matmut s’est fait piéger au virage d’Indianapolis.

À 19 h 14, la course est neutralisée à la suite de la sortie de piste de Marco Gomes (Aston Martin Vantage AMR #98) au virage d’Indianapolis. Les équipes médicales se sont rapidement rendues sur les lieux et heureusement, le pilote a pu sortir de la voiture et marcher jusqu’à l’ambulance. Il a été immédiatement conduit au centre médical du circuit où il a été ausculté par l’équipe médicale. D’autres examens de précaution ont été effectués dans la soirée dans un hôpital local qui n’ont révélé aucune blessure grave. À la suite de l’accident, l’équipe a pris la décision de retirer l’Aston Martin #98 de l’épreuve.

La catégorie LMP2 des 24 Heures du Mans donne traditionnellement lieu à de nombreuses bagarres. 25 voitures étaient engagées dans cette classe pour cette 89e édition. United Autosports et G-Drive Racing se sont livrés à un mano à mano pour la première place en début de soirée.

À la nuit tombée, les Ferrari 488 GTE Evo #52 d’AF Corse et #71 d’Inception Racing se sont accrochés à la Chicane Ford. Cet accrochage n’a pas empêché ces deux voitures de rallier l’arrivée, en 37e position pour la #52 et à la 41e place pour la #71.

À 21 heures, l’Oreca 07-Gibson #23 de United Autosports menait la catégorie LMP2. Un accident impliquant deux des trois voitures de l’équipe a stoppé cette marche en avant. Sur la #32, Manuel Maldonado a perdu le contrôle de sa voiture à l’approche de la courbe Dunlop. Il a traversé le bac à graviers et a percuté la #23.

Dix minutes plus tard, l’Aurus 01-Gibson #26 de G-Drive Racing pilotée par Franco Colapinto est entrée en collision avec l’Oreca 07-Gibson #1 de Richard Mille Racing Team confiée à trois pilotes féminines. Tatiana Calderón, Sophia Floersch et Beitske Visser ont été contraintes à l’abandon tandis que la #26 a pu repartir et a perdu ensuite cinq tours aux stands à réparer les dégâts.

Les spectateurs ont ensuite pu assister à une belle bataille entre la Glickenhaus 007 LMH #708 et l’Alpine A480-Gibson #36 pour la troisième place. Les deux voitures étaient au coude à coude en pleine nuit. Une vidéo caméra embarquée dans l’Alpine témoigne de cette bagarre à plus de 300 km/h dans la ligne droite des Hunaudières. Rappelons qu’en toute fin de soirée, au volant de l’Alpine, Matthieu Vaxiviere était parti à la faute dans la première chicane des Hunaudières. L’équipe française avait à cœur de reprendre cette troisième position.

Peu avant 3 heures du matin, c’est la Porsche 911 RSR-19 #79 de WeatherTech Racing qui a été victime d’une sortie de piste à la chicane Ford. Si le pilote, Cooper MacNeil a pu ramener sa voiture au stand, les dégâts étaient trop importants et l’équipe américaine fut contrainte à l’abandon.

Aux 24 Heures du Mans, la nuit constitue un spectacle à part entière. Les pilotes se sentent plus isolés dans leur voiture et entretiennent une relation un peu plus particulière avec elle. La gestion du trafic est moins compliquée grâce aux phares des voitures. Les pilotes les plus lents peuvent facilement repérer les plus rapides et inversement. Ils repoussent également les points de freinage et modifient leurs trajectoires. La piste devient un tunnel autour duquel c’est la nuit complète. Retrouvez toutes ces sensations grâce à une vidéo embarquée dans la Toyota GR010 Hybrid #7 de Toyota Gazoo Racing.

Dimanche matin, peu avant 10 heures, la Toyota GR010 Hybrid #8 a été signalée au ralenti après le virage de Mulsanne. L’Hypercar du constructeur japonais a rencontré des problèmes d’alimentation d’essence. Pour y remédier, les pilotes devaient à chaque virage et à chaque freinage mettre la voiture en mode défaut pour éviter de consommer du carburant avant de repasser en mode normal pour réaccélérer. Sans cette parade, les mécaniciens auraient été contraints de changer un élément du réservoir mais cela aurait fait perdre 45 minutes et donc toute chance de victoire.

Image insolite mais pas sans conséquence lorsque la Porsche 911 RSR-19 #91 de Porsche GT Team a tiré tout droit à a chicane Ford et a perdu son pare-chocs arrière.

Alors que le Team WRT s’acheminait vers un doublé en catégorie LMP2, la #41 de l’équipe belge s’est arrêtée en piste dans son dernier tour. La voiture n’a pu franchir la ligne d’arrivée et c’est la voiture sœur, la #31, pilotée par le trio Frijns/Habsburg/Milesi qui a décroché la victoire mais avec seulement sept dixièmes d’avance sur l’Oreca 07-Gibson #28 de Jota.

À 16 heures, la Toyota GR010 Hybrid #7 franchit la ligne d’arrivée en gagnante. Toyota Gazoo Racing a ainsi brillamment ouvert l’ère des Hypercars aux 24 Heures du Mans en réalisant le doublé. Ce succès met fin à des années de malchance pour les pilotes de la #7, Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López.

La 90e édition des 24 Heures du Mans est programmée les 11 et 12 juin 2022. L’épreuve constituera la troisième manche du Championnat du monde d’endurance FIA WEC.