Les 24 Heures du Mans et l'Amérique (3) - Phil Hill, les aventures mancelles d'un pionnier
Retour

Les 24 Heures du Mans et l'Amérique (3) - Phil Hill, les aventures mancelles d'un pionnier

Au fil des années, la fascination américaine pour les 24 Heures du Mans ne s'est jamais démentie, et a offert de beaux chapitres à la légende sarthoise. Dans cette histoire, Phil Hill (1927-2008) restera à tout jamais le pionnier américain victorieux dans la Sarthe.

Phil Hill n'était pas un pilote américain comme les autres. Il a fait l'essentiel de sa carrière en Europe et n'a jamais couru sur les circuits ovales de son pays natal. C'était aussi un mélomane averti, qui écoutait de la musique pendant les week-ends de course. Et lorsqu'il rejoint Ferrari, il devient un spectateur assidu d'opéra, à la Scala de Milan ou au festival de Bayreuth.

De 1955 à 1962, Phi Hill prend à huit reprises le départ des 24 Heures du Mans au volant d'une Ferrari. Sur un total de quatorze participations mancelles, il ne reçoit que trois fois le drapeau à damier... mais en vainqueur ! C'est ainsi qu'en 1958, il devient le premier citoyen de son pays victorieux dans la Sarthe.

Ces trois succès (1958-61-62) sont partagés avec le même coéquipier, le Belge Olivier Gendebien. En 1961, Phil Hill réalise même un doublé unique dans l'histoire du sport automobile, en devant le seul pilote à remporter dans la même année les 24 Heures et le titre mondial en Formule 1. Mais Hill est sacré dans des circonstances dramatiques. Son seul adversaire pour le titre est son équipier Wolfgang von Trips. Mais, au deuxième tour du Grand Prix d'Italie, ce dernier trouve la mort lors d'un accrochage avec Jim Clark. Sa Ferrari est projetée dans la foule, tuant quinze spectateurs.

De 1964 à 1967, Phil Hill relève deux défis américains aux 24 Heures du Mans. Tout d'abord en accompagnant les deux premières participations de Ford (en 1964 et 65), puis en pilotant les prototypes Chaparral (en 1966 et 67). Il prend sa retraite fin 1967 pour se consacrer à la restauration de voitures anciennes, tout en honorant de sa présence de nombreuses manifestations historiques.

A la suite du pionnier Phil Hill, dix autres pilotes américains remporteront les 24 Heures du Mans : Carroll Shelby, Masten Gregory, Dan Gurney, AJ Foyt, Hurley Haywood, Bill et Don Whittington, Al Holbert, Price Cobb et Davy Jones.

Alors que Phil Hill devient au début des années 1960 le premier Américain victorieux aux 24 Heures, un de ses compatriotes marque l'histoire mancelle pendant cette même période, notamment par sa vie d'aventurier multimillionnaire. Son histoire fera l'objet du prochain épisode de cette saga.

 

Cliquez ci-dessous pour retrouver le premier chapitre de ces histoires sarthoises et américaines :

Les 24 Heures du Mans et l'Amérique (1) - De la Sarthe au Texas

Les 24 Heures du Mans et l'Amérique (2) - Trois Texans pour Le Mans
 

Photo (D.R. - Archives ACO) : En 1964 et 1965, tout comme ses compatriotes Richie Ginther, Masten Gregory et Ken Miles, Phil Hill fait partie des premiers pilotes sollicités par Ford pour son offensive contre Ferrari aux 24 Heures du Mans. Ici à l'image, la Ford GT40 qu'il partageait en 1965 avec le Néo-Zélandais Chris Amon.

Partenaire Majeur

Partenaires premium

Partenaires officiels

Fournisseurs officiels

Tous les partenaires