Martin Brundle : "profiter à fond de cette expérience"
Retour

Martin Brundle : "profiter à fond de cette expérience"

A 52 ANS, MARTIN BRUNDLE SE PRÉPARE À DISPUTER SES 9E 24 HEURES DU MANS… LES PREMIÈRES AVEC SON FILS ALEX. LE VAINQUEUR DE L’ÉDITION 1990 PARLE AU PASSÉ, AU PRÉSENT ET AU FUTUR.

 

Depuis sa première participation en 1987, Martin Brundle a connu le meilleur en remportant l’épreuve (Jaguar, 1990), et le pire en abandonnant sur « crevaison » après avoir signé la pole position (Toyota, 1999). Onze ans après sa dernière tentative (Bentley, 2001), le pilote converti au journalisme s’apprête à remettre son casque pour rejoindre Alex, son fils, dans le baquet de la Zytek-Nissan n°42 (Greaves Motorsport).

Quel est vote meilleur souvenir aux 24 Heures du Mans ?
Martin Brundle :
En 1990, debout sur le podium. Il y avait beaucoup de fans de Jaguar et c’était bon de sentir cette émotion, ce soutien. Plusieurs heures avant la fin de la course, ils applaudissaient déjà pour nous porter vers la victoire.

Avant cela, vous avez connu la ligne droite des Hunaudières sans chicanes…
A de telles vitesses, la prise de risques était inévitable, mais la sensation était unique. Nous n’avions pas vraiment le temps de nous détendre car il pouvait y avoir des débris, des voitures endommagées, ou des commissaires sur la piste. Les conditions météorologiques pouvaient changer soudainement, ou une crevaison pouvait intervenir comme Win Percy en fit les frais en 1987.

Revenons au présent. Quel regard portez-vous sur la carrière d’Alex ?
Elle évolue très bien. Je suis confiant pour lui. Cette saison, il disputera les 24 Heures du Mans ainsi que les séries ELMS et GP3. Maintenant qu'il a terminé ses études universitaires, il a un an ou deux devant lui pour se concentrer totalement sur sa carrière de pilote. J'espère qu'il va continuer en Endurance car je sens que cette discipline va beaucoup se développer dans les prochaines années.

D’où vient cette idée de disputer les 24 Heures du Mans à ses côtés ?
Nous avons déjà partagé le volant d’une Radical SR8 à Brands Hatch, et d’une Lamborghini Trofeo à Hockenheim. Il est prêt. De mon côté, j’ai encore la vitesse et la condition physique. Alors il me semblait évident de profiter de cette fenêtre pour courir ensemble au Mans. Nous sommes très reconnaissants envers Nissan qui concrétise ce projet.

En quoi aiderez-vous Alex ?
Au Mans, on apprend souvent des mauvaises expériences mais j'espère pouvoir lui en épargner certaines. Quand nous sommes à l’entrainement, nous discutons sans cesse des défis qui nous attendent en 2012. Nous apprenons beaucoup l’un de l’autre.

Et en quoi vous aidera-t-il ?
Il m’apportera de nouvelles compétences techniques comme l’analyse des données télémétriques. Je suis impatient de superposer nos courbes pour comparer nos façons de piloter.

Qui sera le plus rapide ?
Alex a 21 ans et moi 52… Mon expérience sera un atout pour la course, mais je m'attends à ce qu'il soit plus rapide en vitesse pure.

Quel est votre objectif ?
Je veux profiter à fond de cette expérience avec mon fils… Après, on verra. Gagner la catégorie LM P2 ce serait quelque chose de très spécial !