24 Heures du Mans - Les voitures marquantes de l’ère LMP1 (1/3)
Retour

24 Heures du Mans - Les voitures marquantes de l’ère LMP1 (1/3)

Créée en 2004, la catégorie LMP1 va clore un grand chapitre de l'Endurance ce samedi, lors des 8 Heures de Bahreïn, finale de la saison 2019-2020 du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. En 2021, la catégorie reine sera l'Hypercar. A cette occasion, nous vous proposons une rétrospective de différentes machines qui ont animé cette légendaire classe LMP1 aux 24 Heures du Mans.

La catégorie LMP1 est apparue aux 24 Heures du Mans 2004. Cette année-là, 19 voitures étaient engagées dans cette classe. Les Audi R8, Pescarolo C60, Dome S101, Lister Storm LMP, Dallara SP1, Nasamax DM 139, MG-Lola EX257, Zytek 04S, Reynard 2KQ et Lola B01/60 composaient cette catégorie. C’est finalement l’Audi R8 de l’équipe japonaise Audi Sport Japan Team Goh pilotée par Seiji Ara, Rinaldo Capello et Tom Kristensen qui fut la première LMP1 à remporter les 24 Heures du Mans.

Nasamax DM 139 (2004)

Après une première tentative en 2003 avec une Reynard dont le moteur (un V8 Cosworth turbo dérivé de celui des monoplaces de Formules Indy) fonctionnait avec un carburant à l’alcool de maïs, le Team Nasamax revient au Mans l’année suivante avec un projet identique sur le principe mais complétement remanié sur le fond. Toutefois, le carburant était, cette fois-ci, du bioéthanol, à base d’alcool pur, distillé à partir de pommes de terre ou de betteraves sucrières. Le moteur était un V10 Judd atmosphérique. Confiée aux pilotes Robbie Stirling, Werner Lupberger et Kevin McGarrity, cette voiture s’est classée 17e du classement général et sixième en catégorie LMP1.

PHOTO 1/2

Lola B2K/10 Taurus Sport Racing (2004)

En 2004, l’équipe Taurus Sports Racing releva le défi du Diesel aux 24 Heures du Mans avec un châssis Lola B2K/10 dans lequel fut greffé un moteur de Volkswagen Touareg avec le soutien de Caterpillar, groupe industriel américain fabriquant des machines dans les domaines de la construction, des mines et de la forêt. Cette voiture fut contrainte à l’abandon sur rupture de suspension après cinq heures de course.

Pescarolo C60 Hybrid (2005 et 2006)

Avec son équipe Pescarolo Sport, Henri Pescarolo, quadruple vainqueur des 24 Heures du Mans, a été l’un des principaux animateurs de la catégorie LMP1. La voiture la plus emblématique de cette aventure est sans doute la Pescarolo C60 Hybrid. Engagée lors des 24 Heures du Mans 2005 et 2006, ce prototype ouvert était équipé d’un moteur Judd GV5. En 2006, deux voitures furent alignées avec au volant de l’une d’elles, Sébastien Loeb, nonuple Champion du Monde des Rallyes WRC. Cette voiture a permis à Pescarolo Sport de signer une pole position en 2005 et de se classer deuxième en 2005 et 2006.

PHOTO 1/2

Audi R10 TDi (2006)

En 2006, Audi fait son retour officiel avec la nouvelle R10 TDi. L’engagement du constructeur allemand s’est effectué via le Joest Racing et avait pour objectif de remporter les 24 Heures du Mans, pour la première fois, avec un moteur diesel. Audi a réalisé un véritable coup de maître en faisant gagner son nouveau prototype dès sa première participation ainsi qu’en 2007 et 2008.

Les pilotes vainqueurs avec l’Audi R0 TDi :

  • Emanuele Pirro, Frank Biela, Marco Werner en 2006 et 2007
  • Rinaldo Capello, Tom Kristensen, Allan McNish en 2008.

A l’occasion de la dernière apparition des prototypes de la catégorie LMP1 lors des 8 Heures de Bahreïn, nous vous proposerons, toute la semaine, une série d’articles sur cette ère. Ainsi, vous pourrez notamment retrouver les interviews des pilotes Alexander Wurz et Romain Dumas qui ont gagné les 24 Heures du Mans au volant de voitures LMP1. Restez connectés.