24 Heures Stories : le jour où Michel Vaillant s’est invité dans le top 5
Retour

24 Heures Stories : le jour où Michel Vaillant s’est invité dans le top 5

Au fil de ce mois de décembre, voici un calendrier de l’avent très spécial, dédié à des histoires et anecdotes insolites de la légende des 24 Heures du Mans. Pour ce 20 décembre, retour sur l’édition 1997, qui avait vu la participation d’un prototype Courage aux couleurs de Michel Vaillant, le plus célèbre pilote de la bande dessinée franco-belge.

En 1997, le dessinateur Jean Graton fête aux 24 Heures du Mans un double anniversaire. Tout d’abord pour l’histoire de la bande dessinée, car il crée Michel Vaillant quarante ans plus tôt dans les pages du Journal de Tintin. C’est aussi un anniversaire personnel : soixante ans auparavant, les 19 et 20 juin 1937, il assiste en compagnie de son père à la victoire de la Bugatti de Robert Benoist et Jean-Pierre Wimille, alors qu’il est âgé de treize ans.

En 1997, le constructeur et ancien pilote manceau Yves Courage engage un prototype baptisé Courage-Vaillante, en référence à la marque automobile de la famille Vaillant, dont la décoration est réalisée par le Studio Graton. Elle porte le numéro 13, qui a ici une double valeur : c'est à la fois le numéro de course fétiche d'Yves Courage depuis ses débuts de constructeur et le nombre porte-bonheur de Jean Graton, qu’il a toujours apprécié de dessiner. Propulsée par un 6 cylindres à plat Porsche double turbo de 3 litres, cette Courage-Vaillante C41 est pilotée par deux Français, Didier Cottaz et Jérôme Policand, et un Belge, Marc Goossens.

1997 : Michel Vaillant et le « spray magique »

La participation de la Courage Vaillante à la 65e édition des 24 Heures du Mans, c'est aussi une ode au Système D, digne de la légende sarthoise, et dont Michel Vaillant lui-même n’aurait peut-être même pas rêvé. Treizième (ça ne s'invente pas !) sur la grille de départ, la Courage Vaillante s’installe durablement en septième position jusqu’à l’approche de la nuit, avant d’être retardée par un problème électronique. Le moteur refuse obstinément de redémarrer, jusqu’à ce que le kinésithérapeute de l'équipe trouve la solution miraculeuse en pulvérisant sur le boîtier défaillant un spray destiné à refroidir les muscles ankylosés !

Dès lors, l'opération est répétée à chaque arrêt ravitaillement, rythmant la remontée du trio Cottaz/Policand/Goossens, à qui cette mésaventure a coûté une heure. La Courage Vaillante n°13 reçoit le drapeau à damier en quatrième position. C’est le deuxième prototype classé, seulement devancé dans cette catégorie par la voiture victorieuse : la Joest-Porsche TWR de Stefan Johansson, Michele Alboreto et Tom Kristensen. Un scénario qui dépasse la fiction de Michel Vaillant... et un moment inoubliable pour son créateur Jean Graton. « Nous étions dans le stand de la Courage-Vaillante, raconte son fils Philippe, scénariste des albums de Michel Vaillant de 1994 à 2019. Mon père m'a montré les tribunes en face de nous, de l'autre côté de la ligne droite des stands, et il m'a dit : "j'étais assis là avec mon père. J'ai mis soixante ans pour traverser la piste". Il était très ému de cela. »

2017 : Michel Vaillant « en rébellion »

Vingt ans après ce top 5, Michel Vaillant est partenaire de l’écurie suisse Rebellion Racing. A l'issue du Championnat du Monde d'Endurance FIA 2017, celle-ci remporte en catégorie LMP2 le trophée des équipes et des pilotes, pour le Brésilien Bruno Senna et le Manceau Julien Canal.

L’année 2023 verra non seulement le centenaire des 24 Heures mais aussi celui de Jean Graton, né le 10 août 1923 et disparu le 21 janvier dernier. Michel Vaillant sera-t-il à l’affiche de ce double anniversaire ? L’avenir le dira, rendez-vous dans un an et demi.

PHOTOS (D.R. / ARCHIVES ACO) : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS 1997 - En charge du dessin et de la mise en couleurs des albums de Michel Vaillant, le Studio Graton a conçu la livrée de la Courage Vaillante de Cottaz/Policand/Goossens. Visible sur la photo ci-dessus sur le capot, le V tricolore stylisé de Vaillante se déclinait également autour de l'habitacle du châssis Courage.