Coup de projecteur sur la logistique du FIA WEC
Retour

Coup de projecteur sur la logistique du FIA WEC

Avec six épreuves programmées en sept mois, la logistique liée au Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC constitue un véritable défi à plus d’un titre.

L’équipe logistique du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC est responsable du transport, de tout l’administratif lié aux déplacements des personnes et des voitures autour du monde ainsi que de la mise en place des équipes lors de leur arrivée sur les circuits mais aussi de l’installation de la marque FIA WEC sur site. Ainsi, l’organisation en 2021 de six épreuves autour du monde en sept mois rend leur tâche complexe et n’autorise aucun faux pas.

80 containers de matériel

Les défis qu’impose le FIA WEC en termes de logistique sont nombreux. Il faut d’abord respecter les délais. Parfois, il est difficile de rallier une destination à une autre dans un temps imparti. Il faut palier aux intempéries puisqu’en FIA WEC, par souci économique et écologique, les 80 containers de matériel sont acheminés en fret maritime. L’équipe logistique doit veiller au respect du budget car le transport constitue un des plus gros postes de dépense pour les teams. « Notre objectif, c’est de respecter le package initial que nous leur avons vendu. C’est pourquoi nous menons des négociations en continu avec notre partenaire DHL », explique Vincent Drapeau, responsable logistique et opérations du FIA WEC. DHL partenaire de longue date connait sur le bout des doigts le transport de ce type de matériel grâce à une équipe dédiée au WEC. Le matériel est toujours acheminé dans les meilleures conditions possibles. 

Si la mécanique est bien huilée depuis 2012 (année de création du championnat, ndlr) grâce à la fidélité des équipes et des partenaires, la crise sanitaire internationale liée au Covid-19 rajoute de la complexité aux missions de l’équipe logistique. « Depuis un an, il y a moins de bateaux qui circulent et le prix du fret maritime a augmenté », commente Vincent Drapeau. Malgré ça, l’équipe logistique va accueillir les nouveaux teams de la meilleure façon qui soit. « Les autres championnats de la pyramide de l’endurance sont aussi une bonne école de formation dans le domaine de la logistique pour les équipes », fait remarquer Vincent Drapeau. Le service logistique possède une vision globale de chaque événement. Les membres de l’équipe sont les premiers arrivés sur les circuits ainsi que les derniers à en partir.

« Un méga challenge »

Il y a également des containers pour les manufacturiers de pneumatiques. A titre d’exemple, en 2019, pour la manche de Sebring, Michelin a utilisé entre 15 000 et 20 000 pneumatiques puisque le manufacturier français fournissait également les concurrents de l’IMSA WeatherTech SportsCar Championship. « L’an passé, le matériel de Michelin a représenté une quinzaine de containers », chiffre Vincent Drapeau.

La reprogrammation de la 89e édition des 24 Heures du Mans aux 21 et 22 août prochains constitue déjà un « méga challenge » pour l’équipe logistique. En effet, l’organisation des 6 Heures de Fuji le 26 septembre soit un mois après la classique mancelle constitue une étroite fenêtre de tir pour l’acheminement du matériel de la France vers le Japon. De plus, les équipes auront trois semaines pour réviser les voitures et préparer le matériel pour envoi. La cargaison devra arriver à Fuji le week-end des 18 et 19 septembre.

Si en FIA WEC les pilotes s’emploient à gagner de précieuses secondes afin de réaliser la meilleure performance qui soit, les membres de l’équipe logistique sont aussi en mouvement. « C’est une autre course contre le temps », conclut Vincent Drapeau.

Pour en savoir plus sur le Championnat du Monde d'Endurance FIA WEC, rendez-vous sur le site officiel du championnat.