Ferrari en GT 2000-2015 (2/4) : la 550 Maranello et la 575 GTC
Retour

Ferrari en GT 2000-2015 (2/4) : la 550 Maranello et la 575 GTC

Alors que Ferrari vient de pr

En 2002, deux Ferrari font leur première apparition aux 24 Heures du Mans : la 360 Modena et la 550 Maranello. Produite à partir de 1996, cette dernière signe le retour de l'architecture de la GT sportive à moteur avant, immortalisée notamment par la 250 GTO et la Daytona, tout en perpétuant le patrimoine de Ferrari avec le nom de Maranello, la localité qui abrite l'usine au Cheval Cabré. Son apparition au Mans est née de la volonté du gentleman-driver franco-suisse Frédéric Dor. Client de Prodrive pour ses participations en rallye, il propose à la structure de David Richards de financer une version course de la 550 Maranello, sous la bannière de Care Racing Development. En 2002, elle abandonne à l'issue de sa première visite aux 24 Heures du Mans, non sans avoir longuement mené sa catégorie, qu'elle remporte l'année suivante.

Piqué au vif par la réussite d'une voiture née d'une initiative privée, Ferrari présente de son côté la 575 GTC. Mais en 2004, les deux exemplaires engagés sont contraints à l'abandon, tandis que trois 550 terminent troisième, quatrième et cinquième de leur catégorie. On ne reverra qu'un seul exemplaire de la 575 au Mans (en 2005, avec un nouvel abandon), tandis que la 550 anime les pelotons GT sarthois jusqu'en 2007 : les équipes Larbre Compétition et Cirtek Motorsport l'amènent respectivement aux douzième et dix-septième positions du général en 2005, tandis que Cirtek Motorsport termine quatorzième en 2007. A cette époque, un autre chapitre de la reconquête mancelle de Ferrari a déjà commencé, avec le premier engagement de la F430 en 2006. Mais ceci est une autre histoire...

Jean-Philippe Doret / ACO

Photo : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS, SAMEDI 14 & DIMANCHE 15 JUIN 2003. Cinq ans après la victoire de la 333 SP en Prototypes, Ferrari renoue avec le succès au Mans grâce à la 550 Maranello Prodrive de Peter Kox, Tomas Enge et Jamie Davies.