Ils font les 24 Heures du Mans - Portrait de Phil Hanson pilote de United Autosports
Retour

Ils font les 24 Heures du Mans - Portrait de Phil Hanson pilote de United Autosports

La 88e édition des 24 Heures du Mans réunira en piste des pilotes de tous horizons. Qu’ils soient pilotes amateurs ou patrons d’équipes, tous ont gravi les paliers de la pyramide de l’endurance avec l’ambition de s’aligner sur la classique mancelle. Plus jeune pilote à avoir bouclé les deux tours d’horloge en 2017, Phil Hanson est aujourd’hui une valeur sure de l’endurance qui rêve d’une victoire au Mans. En LMP2, mais pas seulement…

Équipe : United Autosports

Catégorie : LMP2

Voiture/Pilotes

Oreca-Gibson 07 #22 pilotée par Filipe Albuquerque/Paul di Resta/Phil Hanson  

Son histoire

Il commence en karting assez tardivement, à l’âge de 13 ans, par des courses de club avant d’achever sa première vraie saison en 2014 avec un titre en X30 Junior - Whilton Mill Club Championship. L’année suivante, il remporte le championnat Super One British, toujours en X30 Junior. « S’est alors posée la question de la suite, explique le jeune Britannique de 21 ans. J’aurais pu poursuivre en karting au niveau européen mais, compte tenu de mon manque d’expérience par rapport à des adversaires ayant commencé beaucoup plus tôt, nous nous sommes dit qu’il valait mieux passer tout de suite à l’auto. Ce que l’on a fait en 2016 au sein d’une structure familiale, Tockwith Motorsports, en championnat GT britannique avec une Audi R8, et en Asian et European Le Mans Series en LMP3. »

Ses réalisations

Au cours de l’hiver 2016/17, il devenait le plus jeune vainqueur de l’Asian LMS à seulement 17 ans, permettant à la modeste écurie dirigée par Simon Moore de gagner son ticket d’entrée pour les 24 Heures du Mans. Pour sa toute première fois dans la Sarthe, Phil Hanson devenait le plus jeune pilote à voir le drapeau à damier, finissant 9e en LMP2 et 11e au général. « Seulement, ça commençait à devenir un peu surdimensionné pour la petite structure qu’était Tockwith Motorsport, poursuit le Londonien. Pour espérer progresser, il me fallait des séances d’essais, des équipiers réputés et, surtout, une voiture fiable et performante. Tout cela, je l’ai trouvé chez United Autosports. Fin 2017, au lieu de courir, j’ai pu tester avec Ligier et participer au développement de la JS2. C’est à cette occasion que j’ai fait la connaissance de Filipe Albuquerque, mon futur équipier, qui prenait une part active dans le développement de la voiture. Pour 2018, j’étais prêt ! »

Prêt pour la victoire qui se faisait attendre en début de saison mais qui finissait par arriver aux 4 Heures de Spa, faisant de lui le plus jeune vainqueur en ELMS. La deuxième victoire ne tardait pas, cette fois aux 4 Heures de Portimao. Pour les 24 Heures du Mans, Paul di Resta était venu renforcer l’équipage, mais une sortie de piste avait mis fin à l’aventure…

« L’année suivante, précise Phil, nous avons été au bout mais la Ligier n’avait pas le rythme pour nous permettre de grimper sur le podium. Nous sommes restés au pied, avec la 4e place en LMP2. Fin 2019, nous sommes passés à l’Oreca 07, et c’est là que ça a commencé à vraiment bien marcher… Nous avons touché la voiture en cours de saison et l’équipe a fait un boulot fantastique. Dès notre premier week-end avec l’Oreca à Silverstone en ELMS, nous nous battions déjà pour la pole. Nous avons abandonné en course, à cause d’un problème électronique. Une fois les petits problèmes de fiabilité réglés, nous avons commencé à être de plus en plus solides. »

Une victoire à Spa et une 2e place à Portimao en ELMS suivies d’une victoire à Bahreïn en WEC donnaient le ton de la saison 2020.

Ses ambitions

Si United Autosports a le vent en poupe cette année, elle le doit beaucoup à la #22 du duo Albuquerque/Hanson qui a remporté quatre - Spa/Paul Ricard en ELMS et Austin/Spa en WEC - des six victoires trustées par la structure chère à Zak Brown. « Dès que nous arrivons sur un circuit, nous sommes capables d’être devant, se réjouit Hanson. En termes de succès et de performances personnelles, c’est indéniablement ma meilleure saison. J’ai beaucoup appris et progressé en 2019 et, cette année, j’ai vraiment l’impression de pourvoir m’exprimer pleinement. De faire voir mes vraies couleurs ! » Autant dire que la victoire en LMP2 ce prochain week-end au Mans est plus que jamais sur son agenda. « Ce n’est pas le fait de passer au châssis Oreca qui a fait que l’écurie est devenue bonne, précise-t-il. Elle l’a toujours été. Nous avons été l’une des rares équipes à pouvoir gagner avec une Ligier. La différence n’est pas énorme entre la Ligier et l’Oreca, seulement je pense que United est excellente pour tout peaufiner dans tous les domaines. Certains teams sont très bons en quali, d’autres en course, d’autres aux arrêts aux stands, d’autres en stratégie, mais il y en a peu qui sont bons partout. United ne néglige aucun domaine ! Maintenant que toutes les pièces du puzzle sont en place, nous semblons être meilleurs que nous ne l'étions, mais la vérité est que nous avons toujours eu cette force. Tout peut arriver aux 24 Heures, y compris pour Toyota ! » Le jeune Hanson a-t-il les yeux plus gros que le ventre ? Vu l’appétit d’ogre de United Autosports actuellement, mieux vaut ne pas se prononcer…

PHOTO : Phil Hanson (à gauche) en compagnie de l'un de ses deux coéquipiers, Paul di Resta.