Le centenaire des 24 Heures du Mans au rendez-vous du Goodwood Revival
Retour

Le centenaire des 24 Heures du Mans au rendez-vous du Goodwood Revival

Après le Concours d’Elégance de Pebble Beach et le Monterey Historic Meeting en Californie, où il a été dévoilé en août dernier, le trophée du Centenaire a fait halte au Goodwood Revival (Grande-Bretagne). Ce grand rendez-vous annuel de la voiture de compétition de collection en septembre est un autre événement partenaire du centenaire des 24 Heures, qui a notamment réuni une quinzaine d’anciens vainqueurs. En voici dix instantanés en images.

En haut, le trophée du Centenaire sur la grille de départ de la course du Freddie March Trophy, dont le plateau comprenant de nombreuses voitures dont des modèles identiques ont disputé les 24 Heures du Mans.

Quatorze vainqueurs et 38 victoires sont réunis autour du trophée du centenaire. Accroupis au premier plan (de gauche à droite) : Guy Smith (2003), Benoît Tréluyer (2011, 2012, 2014), Neel Jani (2016), André Lotterer (2011, 2012, 2014) et le Duc de Richmond (organisateur du Goodwood Revival). Debout (de gauche à droite) : Marcel Fässler (2011, 2012, 2014), Emanuele Pirro (2000, 2001, 2002, 2006, 2007), Stefan Johansson (1997), Romain Dumas (2010, 2016), David Brabham (2009), Pierre Fillon (Président de l’ACO), Tom Kristensen (1997, de 2000 à 2005, 2008, 2013, ambassadeur du Centenaire), Dindo Capello (2003, 2004, 2008), Jochen Mass (1989), Henri Pescarolo (1972, 1973, 1974, 1984), Stéphane Darracq (Directeur Général de l’ACO) et Richard Attwood (1970). Deux équipages complets ayant remporté les 24 Heures sont réunis sur cette photo : Dindo Capello/Tom Kristensen/Guy Smith, vainqueurs sur Bentley en 2003, et le trio Marcel Fässler/André Lotterer/Benoit Tréluyer, qui ont signé ensemble sur Audi leurs trois victoires sarthoises.

Quintuple vainqueur (1975, 1981, 1982, 1986, 1987) et pilote britannique le plus victorieux aux 24 Heures du Mans, Derek Bell est ici au volant d’une Ferrari 250 GTO de 1964 dans le cadre d’une parade dédiée au 75e anniversaire de la marque au cheval cabré.

Le trophée du Centenaire et les 75 ans de Ferrari, ou deux anniversaires réunis en une seule image. A gauche (n°14), la Ferrari 250 TR58 au volant de laquelle le Belge Olivier Gendebien et l’Américain Phil Hill ont signé en 1958 la première de leurs trois victoires aux 24 Heures. La Ferrari frappée du numéro 20 s’est imposée deux années de rang : en 1963 aux mains de Lorenzo Bandini/Ludovico Scarfiotti, seul équipage italien vainqueur dans la Sarthe au volant d’une Ferrari, puis en 1964 grâce au Français Jean Guichet, doyen des anciens vainqueurs, et au Sicilien Nino Vaccarella.

Le triple vainqueur Benoît Tréluyer, Fabrice Bourrigaud (Directeur du Musée des 24 Heures) et Pierre Fillon sur la pré-grille du Freddie March Trophy, avec au premier plan à gauche le trophée du Centenaire.

Le Goodwood Revival est aussi un grand rendez-vous d’avions de collection et autres Warbirds (littéralement « oiseaux de guerre », surnom donné aux avions de chasse de la Deuxième Guerre mondiale) sur la pelouse du terrain d’aviation ceinturé par le circuit. Ici à l’image, Henri Pescarolo et son épouse (troisième et quatrième en partant de la gauche) en compagnie de Stéphane Darracq, Pierre Fillon et Fabrice Bourrigaud.

Ancien commissaire de piste et personnalité des 24 Heures du Mans, le Britannique Steve Tarrant (à gauche) est rejoint auprès du trophée du Centenaire par le quintuple vainqueur italien Emanuele Pirro.

Pierre Fillon aux côtés du trophée du Centenaire, qui sera remis à l’équipage vainqueur le dimanche 11 juin 2023, à l’issue de la 91e édition des 24 Heures, qui marquera le 100e anniversaire de la première édition disputée les 26 et 27 mai 1923.

Henri Pescarolo en conversation avec Pierre Fillon au volant d’une Ferrari. Détenteur du record de participations avec 33 départs, il n’a piloté qu’une seule fois une Ferrari au Mans, en 1971, associé au Britannique Michael Parkes sur une 512 F de l’écurie suisse Scuderia Filipinetti.

Le trophée du Centenaire a également pris pension au Rolex Drivers Club (Club des Pilotes) du Goodwood Revival.

PHOTOS : LOUIS MONNIER / ACO