Les voitures "officielles" de la direction de course des 24 Heures (1) : 1923-1949
Retour

Les voitures "officielles" de la direction de course des 24 Heures (1) : 1923-1949

Si, au fil de 85 éditions, les 24 Heures du Mans ont été un marqueur important de l'évolution technologique de l'automobile depuis 1923, le choix des voitures officielles de la direction de course est un honneur très prisé par les constructeurs. Voici leur histoire, avec un premier chapitre qui nous ramène de 1923 à 1949.

Dès l’origine, la voiture « officielle » des 24 Heures du Mans est une fourniture prestigieuse recherchée par les grandes marques automobiles. A en juger par les témoignages photographiques, Charles Faroux, « pape » de la presse automobile française de l'époque (patron du journal l’Auto, devenu aujourd'hui l’Equipe) et Directeur de course des 24 Heures dès la première édition de 1923 et ce jusqu’en 1956, appréciait à juste titre les belles voitures.

Des années 1920, il y a peu de souvenirs sauf cette somptueuse Bentley, vue avant le départ en 1929 et pilotée par Woolf Barnato : premier triple vainqueur des 24 Heures (1928-29-30), il était l'un des "Bentley Boys" qui signèrent les quatre victoires consécutives du constructeur britannique de 1927 à 1930.

Au début de la décennie suivante, c’est une Bugatti type 49 qui emmène les officiels, par la piste, assister aux éditions de légende, avec comme pilote "officiel" le grand champion sarthois Guy Bouriat. A l'occasion du Grand Prix de 1928, on verra même un exemplaire de la Bugatti Royale évoluer sur le tracé manceau.

A la fin des années 1930 et à la renaissance des 24 Heures après la Seconde Guerre mondiale, ce sont les grandes marques françaises qui auront les faveurs de l'Automobile Club de l'Ouest : une Delage D8 et un cabriolet Delahaye pour le tour d’honneur des vainqueurs - autrement plus "classieux" que les camions bennes de 1970 !

Mais avant cela, d'autres histoires nous attendent, à suivre dans le prochain épisode...

 

Photo ( D.R. ACO) : la Bugatti officielle dont les occupants admirent les freinages à Mulsanne