Porsche, une escouade record à la conquête des 24 Heures du Mans
Retour

Porsche, une escouade record à la conquête des 24 Heures du Mans

Des éditions des 24 Heures du Mans avec de nombreuses Porsche au départ, l’histoire en compte beaucoup. Mais ce millésime 2018 a une saveur particulière. Porsche célèbre ses 70 ans en engageant 10 voitures et veut retrouver le goût de la victoire tant en LMGTE Pro qu’en LMGTE Am.

En annonçant son retrait de la catégorie LMP1 l’an passé, Porsche avait en parallèle fait la promesse de renforcer son implication en GT. Promesse tenue. Cette année, quatre voitures officielles sont engagées en LMGTE Pro face à Aston Martin, BMW, Chevrolet Corvette, Ferrari et Ford. Il s’agit du plus grand nombre de Porsche engagées officiellement par l’usine en GT dans l’histoire des 24 Heures du Mans. En LMGTE Am, quatre équipes privées engagent un total de six voitures. Un contingent puissant avec un objectif commun : gagner.

 

Les 911 RSR ne passent pas inaperçues. Tout d’abord grâce au moteur 6 cylindres à plat atmosphérique qui enchante les oreilles des spectateurs. Ensuite parce que deux des quatre voitures officielles arborent des livrées « historiques ». La n°92 reprend les couleurs « Pink Pig » (Cochon Rose), avec un rose distinctif et la mention des différents morceaux qui composent un porc. Une livrée qui habillait une Porsche 917 en 1971. La n°91 est, elle, décorée de couleurs héritées d’un cigarettier qui sponsorisait Porsche dans les années 80.

PHOTO 1/3

Pour emmener les voitures allemandes, 12 pilotes usine sont alignés en LMGTE Pro. Pour les équipes privées, Porsche a distillé quelques pépites : les jeunes Julien Andlauer et Matt Campbell pour l’équipe Dempsey Proton-Racing sont des talents couvés par Weissach. Pour Proton Competition, la grande expérience de Patrick Long est un atout, tandis que Christina Nielsen, que Porsche a prise dans son giron depuis peu, pilote la voiture de l’équipe Ebimotors.

Porsche affiche une unique ligne de conduite : la victoire, dans les deux catégories LMGTE Pro et LMGTE Am. « Beaucoup d’ingénieurs et de techniciens qui étaient impliqués dans le programme LMP1 sont venus nous aider, explique Patrick Pilet, engagé sur la n°93. Nous bénéficions de compétences inédites, de nouveaux avis et cela nous permet d’optimiser de nombreux détails. Plus nous avons d’avis, de regards, d’idées et de partage, mieux c’est. »

"Avec nos quatre voitures pour cette édition des 24 Heures du Mans, nous allons pouvoir prendre des risques, avoir des stratégies différentes."
Kévin Estre

Même retour de la part de Kévin Estre, autre pilote français pour Porsche, qui n’a jamais vu l’arrivée mais entend changer les choses cette année. « L’attente est forte, en interne comme auprès des fans. Déjà aux 24 Heures du Nürburgring (course d’endurance réservée aux GT et voitures de tourisme, ndlr), nous avons engagé plus de voitures que de coutume. Cela fut un choix payant (Porsche l’a emporté, ndlr). Avec nos quatre voitures pour cette édition des 24 Heures du Mans, nous allons pouvoir prendre des risques, avoir des stratégies différentes. A Weissach, une partie des personnes qui travaillaient avant sur le programme LMP1 sont là pour le développement des futures voitures, l’analyse de données et nous faire encore progresser. »

PHOTO 1/3

Wolfgang Porsche, président de la marque, ainsi que Oliver Blume, président directeur général, seront présents ce samedi dans la Sarthe. Un ultime symbole, s’il en fallait encore un, que Porsche veut faire de cette 86e édition un moment fort. Avec la victoire à la clé ?

Photo : Porsche 911 RSR à l'approche de l'enchaînement des virages Porsche.