24 Heures du Mans 1970-2015 - 45 histoires de Porsche (5)
Retour

24 Heures du Mans 1970-2015 - 45 histoires de Porsche (5)

Les descendantes de la 917, premi

Outre la présence du prototype 936, déjà vainqueur dans la Sarthe en 1976 et 77, Porsche engage aux 24 Heures du Mans 1978 une spectaculaire extrapolation de sa 935, apparue deux ans plus tôt sur base de 911. Baptisée 935/78 et propulsée par un moteur 3,2 litres turbocompressé, elle présente un capot avant plongeant un arrière en forme de lointaine réminiscence des prototypes 917 LH (ou « Langheck », pour « longue queue ») de 1970 et 1971. Ses formes et la livrée immaculée de ses premiers essais lui valent le surnom de « Moby Dick », en référence à la mystérieuse baleine blanche qui donne son titre au roman d’Herman Melville. Elle s'impose dès sa première course aux 6 Heures de Silverstone, aux mains de Jacky Ickx et Jochen Mass. Pilotée au Mans par le duo allemand Rolf Stommelen-Manfred Schurti, elle termine huitième après divers soucis techniques.

Sur ces deux circuits privilégiant les hautes vitesses, la 935/78 affiche des performances impressionnantes. A Silverstone, la pole position et le meilleur tour en course de Mass-Ickx se situent à seulement quatre secondes de ceux de James Hunt et de sa McLaren-Ford M26, victorieux du Grand Prix de Grande-Bretagne de Formule 1 sur ce même circuit l’année précédente ! Au Mans, « Moby Dick » affiche sur la ligne droite des Hunaudières (alors dépourvues de ses deux ralentisseurs) la vitesse de pointe la plus élevée des 24 Heures 1978 (366 km/h) et se qualifie en troisième position sur la grille de départ. De quoi en faire l’une des Porsche les plus fascinantes jamais vues dans la Sarthe.

Jean-Philippe Doret / ACO

PHOTO (D.R. - ARCHIVES ACO) : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS, SAMEDI 10 & DIMANCHE 11 JUIN 1978, COURSE. La vitesse de pointe de la 935/78 était plus élevée que celle des prototypes Renault-Alpine et Porsche 936 en lutte pour la victoire !