Retour

24 Heures du Mans 1970 (6/6) – C’est aussi arrivé les 13 et 14 juin…

Outre 1970, et aussi les premières 24 Heures du Mans Virtuelles en 2020, cinq autres éditions des 24 Heures du Mans ont été disputées le week-end des samedi 13 et dimanche 14 juin. Chacune d’entre elles a enrichi à sa manière la légende sarthoise, avec notamment quelques records et autres grandes premières, en attendant les 88e 24 Heures les 19 et 20 septembre.

1931 (9e édition) : une première italienne
Après la saga des « Bentley Boys » (quatre victoires consécutives de 1927 à 1930), Alfa Romeo est le premier constructeur italien vainqueur dans la Sarthe grâce au duo britannique Sir Henry Birkin-Lord Howe, qui franchit pour la première fois le cap des 3 000 kilomètres parcourus. La marque au trèfle domine également les trois éditions suivantes, grâce à Luigi Chinetti (1932 et 34), Raymond Sommer (1932 et 33), Tazio Nuvolari (1933) et Philippe Etancelin (1934). En 1931, les 24 Heures empruntent pour la dernière fois le circuit de 16,340 kilomètres utilisé depuis 1929. A partir de 1932, le tracé sera ramené à un peu plus de 13 kilomètres.

1953 (21e édition) : la griffe Jaguar
Deux ans après sa première victoire, Jaguar remporte l’édition du trentième anniversaire des 24 Heures, avec quatre Type C dans le top 10 : Duncan Hamilton-Tony Rolt (vainqueurs), Stirling Moss-Peter Walker (2e), Ian Stewart-Peter Whitehead (4e) et Roger Laurent-Charles de Tornaco (9e). Leaders 22 heures durant, Rolt et Hamilton établissent également le premier record de la distance au-delà des 4 000 kilomètres. Grands animateurs des 24 Heures au début des années 1950, Briggs Cunningham et ses voitures signent un beau résultat d’ensemble avec les troisième (John Fitch-Phil Walters), septième (Briggs  Cunningham-William Spear) et dixième (John Gordon Bennett-Charles Moran) places.

1981 (49e édition) : Jacky Ickx, la preuve par cinq
Jacky Ickx remporte depuis la pole position ses cinquièmes 24 Heures du Mans, et succède ainsi à Olivier Gendebien, détenteur du record de victoires depuis 1962 avec quatre succès. Vainqueur en 1975 (déjà avec Ickx), Derek Bell s’impose quant à lui pour la deuxième fois dans la Sarthe. Le Belge et le Britannique disputeront à nouveau les 24 Heures en duo à deux reprises, avec une victoire (1982) et une deuxième place (1983). Sixième du général, la Mancelle Anny-Charlotte Verney signe son meilleur résultat aux 24 Heures. Elle détient encore aujourd’hui le record de participations d’un pilote féminin au Mans, avec dix départs de 1974 à 1983.

1987 (55e édition) : nouveau record et fin de série pour Porsche
Invaincu depuis 1981 et nouveau détenteur du record de victoires depuis 1985, Porsche signe son douzième succès sarthois. C’est la deuxième victoire de Derek Bell, Al Holbert et Hans Joachim Stuck vainqueurs l’année précédente. En 1987, cette septième victoire consécutive de Porsche est un nouveau record en la matière, effaçant les six remportées par Ferrari de 1960 à 65. Mais c’est aussi une fin de série pour le constructeur allemand, car de nouveaux adversaires affichent leurs ambitions : Mercedes, meilleur tour en course grâce à Johnny Dumfries, et Jaguar, cinquième en 1987 et victorieux l’année suivante.

2009 (77e édition) : Peugeot troisième
Revenu dans la Sarthe en 2007, Peugeot signe face à Audi un doublé victorieux avec dans l’ordre les vainqueurs David Brabham-Marc Gené-Alex Wurz et leurs dauphins Sébastien Bourdais-Franck Montagny-Stéphane Sarrazin. Gené devient le premier Espagnol vainqueur au Mans, Wurz signe sa deuxième victoire et David Brabham rejoint au palmarès des 24 Heures son frère aîné Geoff, qui avait remporté l’édition 1993. C’est la troisième victoire de Peugeot dans la Sarthe après 1992 et 93, et la dernière en date d’un constructeur français. Apparue aux Etats-Unis en 2005, la Porsche RS Spyder signe en 2009 sa deuxième victoire consécutive en catégorie LMP2 en autant de participations, avec au volant Emmanuel Collard, Casper Elgaard et Kristian Poulsen (10e du général).

2020 : Porsche, un anniversaire en mode virtuel
Disputée aux dates originellement prévues pour la 88e édition, les premières 24 Heures du Mans Virtuelles voient en catégorie LMGTE la victoire de Porsche et de l’équipage Nick Tandy-Ayhancan Guven-Joshua Rogers-Tommy Ostgaard, un demi-siècle jour pour jour après le premier succès au général du constructeur allemand. La décoration des 911 RSR est largement inspirée de celle de la 917 de Richard Attwood et Hans Herrmann, les vainqueurs de 1970. La victoire au général de cette édition inaugurale en mode virtuel est remportée par Rebellion Williams Esports, au volant Louis Delétraz, Raffaelle Marciello, et les sim racers polonais Kuba Brzezinski et Nikodem Wisniewski.

PHOTOS (D.R. / ARCHIVES ACO) : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES, 24 HEURES DU MANS - De haut en bas : trois des six équipages vainqueurs un dimanche 14 juin : Sir Henry Birkin-Lord Howe (Alfa Romeo) en 1931, Duncan Hamilton-Tony Rolt (Jaguar) en 1953, et David Brabham-Marc Gené-Alexander Wurz (Peugeot) en 2009.