24 Heures du Mans – Toyota Gazoo Racing va faire évoluer sa GR010 Hybrid
Retour

24 Heures du Mans – Toyota Gazoo Racing va faire évoluer sa GR010 Hybrid

Si le constructeur japonais ne prévoit pas de construire une nouvelle voiture pour 2023, la GR010 Hybrid va bénéficier d’évolutions afin de pouvoir faire face à une concurrence accrue.

En 2023, Toyota Gazoo Racing affrontera Ferrari, Porsche, Peugeot, Cadillac et Glickenhaus dans le cadre du Centenaire des 24 Heures du Mans (10-11 juin 2023) et du Championnat du monde d’endurance FIA WEC. Pour faire face à cette concurrence, le constructeur japonais prévoit des modifications sur son Hypercar, la GR010 Hybrid.

C’est ce qu’a révélé Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Gazoo Racing, lors de la projection en avant-première du film officiel des 24 Heures du Mans 2022 : « L’affiche des 24 Heures du Mans 2023 est superbe et je retiens surtout que c’est une Toyota qui y figure en tête. Nous travaillons, car nous nous gardons de sous-estimer la concurrence. De l’extérieur nous pouvons paraître difficiles à battre, mais en interne nous avons conscience de ce qui n’est pas complètement sous contrôle. Dès décembre, nous allons travailler sur une évolution de la voiture ».
Rappelons que la Toyota GR010 Hybrid avait déjà évolué en vue de la saison 2022 puisqu’elle utilisait différentes tailles de pneumatiques et de roues par rapport au modèle 2021. Des modifications avaient également été apportées sur la carrosserie. Le changement le plus visible concernait les plaques d’extrémité de l’aileron qui avaient été agrandies.

"Nous ne voulions pas décider de quel équipage allait gagner"
Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Gazoo Racing

Lors de cette soirée avant-première, Pascal Vasselon est également revenu sur les 24 Heures du Mans 2022 où la Toyota #8 confiée à Sébastien Buemi, Brendon Hartley et Ryo Hirakawa, s’est imposée devant la voiture sœur. « Nous avons eu une bataille extrêmement serrée entre nos deux voitures jusqu’à ce que la #7 rencontre un problème mécanique à huit heures de l’arrivée. Durant 16 heures, nos pilotes se sont affrontés. Lorsqu’ils descendaient de la voiture, ils venaient nous voir en nous disant que ce que nous faisions était insensé. Nous n’avions pas beaucoup de solutions, car nous ne voulions pas décider de quel équipage allait gagner. Nous avons donc compté sur leur professionnalisme ».